16 novembre 2020

Halte (1226)

 

 

 

Halte                    

 

Ne peux-tu voyageur délaisser pour un temps

Tes horizons sans fin, et ralentir le pas ?

À l’ombre de cet arbre, écoute la rumeur

De ton cœur qui s’apaise et se lave des routes.

 

Au mirage menteur de lointains toujours neufs,

Et d’une herbe à ton pied toujours renouvelée

Se cache le présent d’un bonheur enfoui :

Au puits des calmes eaux laisse boire ton âme.

 

Et riche de ce temps que tu croyais perdu,

Puise au fond des lenteurs une énergie nouvelle,

Où la sérénité des heures sans décompte

Offre sa plénitude à la vie apaisée.

 

 

 

 JCP 07/2020

 

                                            Touriste e-1 c300 opie

                                                                                                                                                                           Image : X

Posté par J Claude à 08:44 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

13 novembre 2020

La Forêt magique (1281)

 

"C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons."

Arthur Rimbaud

 

◄►

 

Ici, rien de spectaculaire.

Pas d’ascension périlleuse vers le point de vue vertigineux, pas d’évènement tellurique, pas de curiosité prodigieuse, pas d’impression renversante à briller en société par un récit épique.

Simplement le spectacle d’une nature libre et apaisée, où l’homme n’a pas encore laissé son empreinte, et qu’un œil expéditif verrait banale jusqu’à la taire.

Ici, l’ombre maîtresse veille à ses mousses, et au bien-être humide du ver qui ronge le bois mort.

Ici, la lumière rare qui perce le feuillage est bue d’un trait par les jeunes pousses avides de  hauteur, qui prient le lierre, leur dieu fossoyeur, de leur accorder l’accès suprême au ciel, et au soleil éternel. Mais la quête, verticale, longue et lente, est aussi exigeante, et toutes ne la mèneront pas à terme. Les dieux exaucent peu.

Ici, lorsque l’oreille s’accorde au silence, quand la narine s’attarde aux senteurs fraîches de la feuille et de l’humus, la main, qui tour à tour caresse l’écorce et repousse la branche, ouvre l’œil à des beautés sachant taire le tumulte du temps, et n’emplissant que d’elles un mental apaisé - sous le murmure du fleuve aux eaux toujours nouvelles.

 

JCP 11/2020

 

Visite en images de la forêt magique / clic :

IMG_4611 c32opie250 copie

12 novembre 2020

Un moment en forêt (1266)

                                                                                                                

 

Un moment en forêt

 

Ici le rien se vit comme un tout suffisant.

Et les mots pénétrants, doucement proférés

Par ces piliers vivants que nourrit la nature,

Émergent du silence épargné par les vents.

 

Abandonnant sa feuille au premier froid venu

Et croisant d’amitié une ramure heureuse,

L’assemblée réunie aspire à tant de paix

Qu’il n’en demeure ailleurs à combattre la guerre.

 

Atteint dans sa substance et privé de vouloir,

Le temps repose là dans l’oubli de son œuvre,

Et cet espace nu que cerne la beauté

Donne sens à la vie dans la marée des heures.

 

Chaque instant célébré se vit sous un vitrail

Aux nuances de vert, que bercent doucement

Des vents à bout de souffle. Et le pas qui hésite

Sur le sol incertain, et la vue qui s’égare

À l’horizon perdu, et l’oreille aux aguets

Du craquement soudain, et la narine enfin

Qui frémit aux senteurs de ce monde oublié,

Tout concourt au bonheur d’un moment en forêt.

 

 

JCP, 10/2020

Posté par J Claude à 10:36 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 octobre 2020

Frileux présages (Quatrains, 1273)

 

 

La feuille qui roussit sur sa couche de mousse

Et ce cri répété, présage d’oiseau sage

Que la brume assourdit, nous disent que la terre

Achève sa courbette et relève la tête.

 

 

 

les_4_saisons

 Image : X

 

JCP, 10/2020

Posté par J Claude à 17:29 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,