La Chanson Grise

 

ACCÉDER AU CONTENU DU BLOG PAR CATÉGORIES : clic / icones 

po_sie_3_150_copie   haikus_3_150_copie   poésie 3 150 copie   contes_3_150_copiepo_sie_3_150_copie2   mot_3_150_copie   nouvelles3_150_copie   Lrctures150_copie

Posté par J Claude à 09:08 - Commentaires [4] - Permalien [#]

15 janvier 2018

Le couloir du rêve

couloir-1024x827 copie

 

 

Le couloir du rêve

 

Les portes qui défilent demeurent toutes closes,

Et se ressemblent toutes. La présence lassée,

Et le regard hostile de ces têtes baissées

Fait revivre des haines dont on ne sait la cause.

 

D’une fenêtre ouverte monte une rumeur lente,

Mais soudain tout s’efface, et le temps suit la pente

De l’espace rompu où tout peut survenir,

Et des bruits étouffés renaît le souvenir.

 

Une porte entr’ouverte montre une pièce vide

Inondée de lumière, et l’espace fluide

Impose le silence des visions du néant,

Où les ombres s’étirent en gestes de géants.

 

De ces lieux oubliés qui renaissent du rêve,

D’anciennes peurs émergent, et l’on sait que l’amour

N’a pas de place ici. Des fulgurances brèves

De meurtre retenu font espérer le jour.

 

JCP 12 2017

Posté par J Claude à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La quête du brochet (806)

michigan-northern-pike-esox-lucius

 

 

La quête du brochet

 

Tant de fois entendus clamés à son oreille,

Les mérites de l'eau - merveille sans pareille -,

Poussèrent un brochet à consacrer sa vie

A rechercher partout le liquide de vie.

 

S’éreintant nuit et jour à son rêve ambitieux,

Il remonta des fleuves, aborda les mers bleues ;

Mais le sage nous dit qu'il ne le trouva pas :

"Ce qui te fait défaut est dans ce que tu as".

 

JCP 03 2017

Posté par J Claude à 04:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2018

Voyeur (841)

rs-181510-166170046 copie

 

Voyeur

 

A Jim Morrison (1943-1971)

 

Grandes soient les fenêtres,

la maison n’est pas de verre

et la part obscure qu’implique l’arbre déçoit le voyeur.

 

Seuls les hivers, terrassant le feuillage,

offrent la plénitude d’une nudité

qui peut le satisfaire.

Et dans cette certitude lasse,

la grande armée de ses yeux

trouve un peu de repos.

 

Mais il n’est pas de répit :

ivre d’opaque, le printemps encore

ranimera le conflit de l’ombre et de la vision.

 

JCP 01 18

Posté par J Claude à 17:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
01 janvier 2018

2018

VOEUX 2018 copie680

Posté par J Claude à 11:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 décembre 2017

Parole de Maître

 

il_570xN_1026922409_qr7j copie2

Image : X... merci au talentueux créateur qui, je l'espère, ne m'en voudra pas d'avoir ajouté cette bulle.

Posté par J Claude à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2017

Silence Zazen, ou : des difficultés de la méditation (2)

 

164473974

 

Silence zazen

Ou : des difficultés de la méditation (2)

 

Dans ce silence ami qui bannit le sommeil,

Et d'où la vérité transparaît de l'éveil,

Une menace plane et trouble les consciences :

Par le vol suraigu de la bête qui danse,

Sur le clair tatami les esprits sont ailleurs,

Et tous sont perturbés par l’insecte piqueur.

 

Sous la cloche qui sonne, l’insecte victorieux

Est prié de sortir sous des regards haineux.

Et le Zazen reprend. Pourtant sur les visages

Une moue se dessine, où se lit le présage

D’une attention troublée : un tout petit caillou

Au soulier d’un géant peut le mettre à genoux…

 

 

 

JCP 12 2017, inspiré par une phrase du Dalaï Lama, déclarant en substance, dans ce rire qui lui est familier :

« Avec un moustique dans la salle, j’ai tout de même du mal à méditer ».

(La question avait trait au respect de la vie en général)

Posté par J Claude à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Des difficultés de la méditation (1)

Les plus grands maîtres, eux-mêmes en vérité, sont soumis aux agissements d'un mental parfois inamical...

Taisen Deshimaru copie 4

Image JCP d'après celle de la statue de Taisen Deshimaru (1914-1982), grand maître Zen, jardin japonais de Toulouse.

(Certains auront reconnu les lunettes animées d'Alice au Pays des merveilles de Walt Disney)

Posté par J Claude à 07:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2017

Zrathoustra monte en bateau

 

Portrait_of_Friedrich_Nietzscheg680

 

Zarathoustra monte en bateau

 

- On ne me comprend pas se dit Zarathoustra ;

Mais sous ce soleil bas taché d’horreurs mystiques,

Je le sais maintenant, le Surhumain naîtra -

De fleuves impassibles, ou de drames antiques.

 

Et le danseur de corde, sublime et solennel,

Aux trombes aux ressacs rythme son lent délire.

Il sait le bien, il sait le mal, tantôt sage ou charnel,

Tel un noyé pensif qui pleurerait sa lyre.

 

- Ayant vu quelquefois ce que l’homme a cru voir,

Je planterai le germe d’un tout nouveau savoir,

Car sous le gouvernail des éveils maritimes,

Mon aigle et mon serpent reconnaissent l’abîme.

 

Dans les clapotements de furieuses marées,

Le vieil arbre noueux, qu’embrasse un cep de vigne,

Au poème des mers qui ne connaît d’arrêt

Voit le monde parfait qui de loin lui fait signe.

 

Ainsi Zarathoustra, en son âme éveillée,

Et par le Surhumain qui lui fut révélé,

Au pied des azurs verts dont il souffrit les trombes,

Connut l’aube exaltée que peuplent les colombes.

 

 

Arthur - Friedrich-Wilhelm

 

JCP 08 12 2017, adaptation libre de deux oeuvres majeures*, inspirée par V.

 

(* Ainsi parlait Zarathoustra et le Bateau ivre)

 

Posté par J Claude à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 novembre 2017

(832) Vieilles choses

 

DSC00523 REGL RECA

 

Vieilles choses

 

Par une guerre ouverte aux toiles d'araignée

C'est enfin décidé, on vide son grenier.

La porte vermoulue se refuse grinçante

Mais finit par céder, et nous voici coiffé

De poussière et de toiles. Dans cette longue attente

D'un renouveau futur, se craint l'autodafé,

Et les larmes de rouille et le bois qui gémit

Disent l'espoir perdu des objets qu'on délaisse,

Et qui l'un après l'autre voient partir leurs amis,

Sous l'atteinte brutale du temps qui griffe et blesse.

 

Mais vers la vie nouvelle c'est sous la brosse agile,

Un chiffon de la cire et quelques gouttes d'huile

Que l'on porte au grand air ces objets reniés :

Sur la place au soleil, c'est le vide-greniers.

 

 

JCP 22 11 17 Pour les Impromptus Littéraires

Posté par J Claude à 18:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 novembre 2017

(829) La porte des hivers

 

IMG_8755 copie

La porte des hivers

 

Mille serpents légers gravent dans la poussière

Chacun leur voie étroite où paraît la lumière ;

De brèves fulgurances, tempérées de lenteur,

A l'approche du froid y laissent voir la peur.

 

Tout au pied des grands arbres que défeuille l'automne,

S'élève tristement la rumeur monotone

De cette mort infime qui mourra du printemps ;

Et le ver assoupi que repousse le temps

Accepte le répit, sachant que viendra l'heure

Où le bois sous sa dent devient poussière et meurt.

 

Mais la Force implacable qui ne s'émeut jamais

Anime la Nature dans son élan parfait,

Et tirant sa substance où toutes formes dorment,

Saura de cette mort grandir l'érable ou l'orme.

 

 

JCP 13 11 17

Posté par J Claude à 10:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
30 mars 2017

0791 La porte des visions

 

La porte des visions

 

 

Le venin du serpent comme coulent des larmes

Emplit le vide ami où se rendent les armes,

Et de l'élan brutal qu'instille le poison

Éclot la déraison d'inouïes floraisons.

 

Sous l'état de torpeur qui succède au désordre,

Les couleurs désunies suivent un nouvel ordre,

Et le corps qui se prête au voyage parfait

Distingue au seuil des brumes un monde qui se fait.

 

Les valeurs opposées de gravités soudaines

Meurent sur le chemin de valeurs souveraines,

Et la raison nouvelle, indicible trépas,

Voit naître une vision qui change à chaque pas.

 

Mais si le risque est là, il n'est de pluie qui dure :

Le nuage où fourmille une lumière pure

Éclaire enfin la route qui renaît de la nuit,

Car d'un éclair soudain le serpent s'est enfui.

 

Et dissipant le doute malgré la peur qui germe,

La porte des visions lentement se referme.

 

JCP 01 2017

Posté par J Claude à 11:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
25 mars 2017

0788 Nuage d'été

 

Nuage d'été

 

Derrière la fenêtre un visage se cache,

Et sur le grand plafond se dessine une tache

Qui s'étale et noircit sous le soleil d'été :

Une part de l'azur vient de nous être ôtée.

 

La muraille asséchée ne porte plus de mousse.

Du bétail famélique, qui broute ou rien ne pousse

Et gémit pitoyable, il n'est plus d'avenir,

Et dans le ciel blanchi on ne voit rien venir.

 

Du murmure des mots la sombre litanie

A rejoint le néant, et la branche du saule

Qui balaie l'escalier n'abolit pas le rôle

Des grands oiseaux de mer que le vent réunit.

 

JCP 01 17

Posté par J Claude à 10:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
20 mars 2017

0786 Après le chaos

 

Après le chaos

 

Sous le vieil arbre nu, un rayon de lumière

Montre la route vague des destinées précaires.

Les anciens murs s'effondrent sous la poussée du temps,

On voit au sol la trace de lourds pressentiments.

 

Il n'est plus de fenêtres mais au bas de la pente

La terre se soulève d'une poussée vivante,

Et des bras décharnés, dans un signe d'adieu,

Annoncent aux humains la vacuité des cieux.

 

La Terre courroucée, qui se fissure et tremble

Reforme ses montagnes, retrouve et puis rassemble

La pierre des murailles, construit un monde neuf

En oiseau qui se rit de sa coquille d'œuf ;

Et l'on voit les décombres, vestiges d'anciens mondes

Qu'ensanglanta la griffe des cyclopes immondes.

 

L'animal s'est uni au règne végétal ;

En l'absence d'humains on ignore le mal,

Et dans ce monde obscur des péninsules meurent,

Des continents dérivent et des étoiles pleurent.

 

Le temps n'existe plus, les mers sont désunies

Et l'on voit sur les grèves des ossements blanchis.

Aux villes dévastées il n'est plus que silence :

La Terre enfin sereine se rit de la science.

 

 

JCP 01-02 2017

Posté par J Claude à 09:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 mars 2017

0812 Mariage à l'aveuglette

 

Mariage à l'aveuglette

 

Sous la lumière lasse du crépuscule lourd,

Le temps égrène l'heure aux sillons des labours.

Le voile de la nuit appelle le silence,

Mais l'on croit ressentir une indicible transe

Dans les masses d'air froid venues de la forêt,

Qui portent avec elles des craquements feutrés.

 

Et dans l'obscurité qui se fait plus épaisse,

Un homme a emprunté le chemin de traverse,

Avance titubant au souffle de l'autan,

Aveuglé de poussière, se cogne au contrevent.

Un rayon de lumière à la porte entrouverte,

Les mots d'une voix douce, le noir, la rue déserte.

 

Retirée la poussière à son pauvre œil meurtri,

C'est au petit matin que l'homme est reparti.

On dit qu'il épousa la femme à la voix douce

Qui l'aimait en secret - voyez où le vent pousse...

 

 

JCP 03 2017 Pour Les Impromptus Littéraires : "comme une poussière dans l'œil"

Posté par J Claude à 10:34 - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 mars 2017

0803 Jeux de dieux

 

11Sans titre-1 copie 680 pix

                                                                                                                                                                          Image : comp. JCP

 

Jeux de dieux

 

Les tempêtes venues de la lointaine Orion,

Et le sable amassé par les grands vents solaires

Ont laissé sur la Terre de grandes confusions,

Annonçant à l'humain l'extinction de son ère.

 

Le soleil repoussé aux confins de Saturne

S'est réduit à la taille de l'une de ses lunes,

Et la Terre entraînée par l'astre incandescent

Autour de Jupiter gravite lentement.

 

Le sable sur la Terre a remplacé les eaux,

Et de traces de vie ne restent que des os.

Un ultime arc-en-ciel s'élève sur les dunes,

Et ses couleurs qui saignent ont des pâleurs de lune.

 

Mais au fond de l'espace des rires retentissent,

Et l'on croit percevoir comme un parfum de vice :

Au mépris des mortels, les Dieux qui font la fête,

Au grand jeu de la mort pétanquent les planètes.

 

 

JCP 02 2017 

Posté par J Claude à 10:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 février 2017

0781 Avis de néant

 

Avis de néant

 

Au bord du miroir vide, rien ne paraît encore,

Mais le poids du désir d'une nouvelle aurore

Éveille les contours du spectre de l'ennui,

Où va sombrer le jour aux gouffres de la nuit.

 

Dans la paix qui combat aux guerres sans victoire,

Le malaise a grandi, qui nous pousse à tout croire :

L'esprit court la tempête, et sous de vains efforts

Ne voit plus de refuge - les horizons sont morts.

 

Alors comme un aimant réunissant ses pôles,

Au fond du grand miroir se fondent tous les rôles ;

On voit sous des éclairs les étoiles périr,

Et l'homme qui se mire voit son reflet mourir. 

 

 

JCP 26-28 12 2016,  01-02 2017

Posté par J Claude à 11:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 février 2017

0776 A la survie des vents

 

A la survie des vents

 

Ombre lente au soleil que son corps délimite,

Alors que sous les arbres la pluie chante au rocher,

Un accroc dans le temps repousse les limites,

Et personne n'écoute l'homme venu prêcher.

 

Dans l'épaisseur du livre la vérité se cache

Où l'encre répandue a déposé sa tache,

Mais à l'abri des vents, une part de survie

Ne suffit pas toujours à surpasser l'envie.

 

Alors sous la douceur d'une marche sans pas,

Des routes foisonnantes celle qu'on ne voit pas

Tant le soleil est bas mène aux cités sans ombre ;

Et, crevant les nuages, montent des cris sans nombre.

 

La fuite du soleil, que partout l'on déplore,

Annonce le trépas des mouvantes aurores,

Et l'oiseau précurseur - avalanche au rocher -

Nous montre enfin des traces que l'on croyait cachées.

 

 

JCP 24 12 2016

Posté par J Claude à 10:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]