La Chanson Grise

 

ACCÉDER AU CONTENU DU BLOG PAR CATÉGORIES : clic / icones 

po_sie_3_150_copie   haikus_3_150_copie   poésie 3 150 copie   contes_3_150_copiepo_sie_3_150_copie2   mot_3_150_copie   nouvelles3_150_copie   ICONES zen

Posté par J Claude à 09:08 - Commentaires [6] - Permalien [#]

14 décembre 2018

Le Haut et le Bas (0951)

 

plus-e-terre 680

 

Le Haut et le Bas

 

                                Extirpée pour un temps de son obscur logis, la Cave un jour vint trouver le Grenier et lui dit :

- Vous dont le front touche aux nuages, et qui du monde et ses lumières voyez toute l’image, sachez que ce regard si haut placé ne nous est pas donné à nous les Caves, et nous ne savons rien du jour qui - dit-on - alternerait avec la nuit. Ainsi, je serais très heureuse si vous pouviez m’entretenir de ces merveilles.

- Et que vous fait ceci, répondit le Grenier, demeurez donc en bas et ne vous souciez point du haut ! Car voyez-vous, ici, on est élevé en tout et l’on ne tient que propos supérieurs. Des astres familiers, des étoiles et du ciel vous ne sauriez rien comprendre, retournez donc sous terre et ne nous ennuyez pas de vos pauvres discours.

La cave, bouche bée, ne sachant que répondre au malotru, préféra se taire et rejoignit, tête basse, ses profondeurs familières.

Or il advint que la Terre, lasse des immobilités, voulut faire quelque exercice, et se mit à trembler. Terrifié, perdant déjà ses tuiles, le Grenier en appela à l’hospitalité de la Cave qui, elle, ressentait bien quelque chatouillis en ses bas fondements, mais n’en était guère incommodée.

- Vous tremblez, je le regrette, lui répondit la Cave, mais ne vous souciez donc point de nos affaires. Vous ne sauriez nouer de relation avec plus bas que vous, et ne comprendriez rien à notre morne et sombre vie, trop loin de cette lumière qui vous va si bien ; vous, nobles gens du haut.

Sur ces entrefaites, le Grenier s’écroula.

 

 

Jyssépé 12 / 2018 Publié aussi sur Les Impromptus Littéraires

Posté par J Claude à 11:33 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 décembre 2018

Construire un shoggi

Rencontrant un intérêt renouvelé, cet article déjà ancien a été enrichi, et "remonté" vers l'instant plus proche d'un présent déjà passé :

Le 16 décembre 2018

◄►

Construire un shoggi portable

pour la méditation dans la nature, dans son jardin ou à l'intérieur

 

           Le shoggi est le tabouret de méditation utilisé en remplacement du coussin traditionnel, le zafu, lorsque le méditant ne peut l'utiliser pour des raisons personnelles (douleurs articulaires excessives, arthrose, âge, séquelles d'interventions chirurgicales ou simple préférence) :

 

Sans trrrrrr1 copie

 

 

MÉDITER TOUT DE SUITE

                     N'exigeant pas d'initiation et ne provocant pas de douleurs articulaires, le shoggi permet de méditer quasi-immédiatement dans une posture stable.

Ainsi les gens pressés, si nombreux aujourd'hui, peuvent ils commencer à méditer sans "perte de temps". Et qui sait s'ils ne reconnaîtront pas bientôt que, comme le dit le proverbe patagon "Quien se apura pierde su tiempo" - Qui se presse perd son temps.

 

◄►

                                        Cependant, les shoggis du commerce rencontrés, souvent à taille unique et trop bas, ne règlent pas le problème des douleurs articulaires dûes aux genoux trop repliés. Fait aggravant, à l'opposé du zafu, ils ne sont aucunement rembourrés.

D'où l'intérêt d'en construire un adapté à sa morphologie, tout en y apportant plus de confort. Le cintrage de l'assise ne paraît pas vraiment utile. (Autrement qu'à compresser le nerf sciatique - certaines/certains comprendront.)

Et pourquoi ne pas le construire le plus léger possible et facilement démontable pour le voyage et la méditation dans la nature (valise, sac à dos).

Pour une personne de poids moyen, on peut oser le contreplaqué de 10 mm., qui s'avère suffisamment rigide et résistant, même sur sol inégal. Les trous et la forme trapézoïdale de l'assise n'ont d'autre objet qu'un poids optimisé, ici 844 grammes. Si l'on a des craintes, passer à 12 mm. comme décrit en second, bien qu'en cas de rupture on ne puisse guère tomber de haut.

◄►

 

Un peu de géométrie, un soupçon de mécanique (les lois du plan incliné) :

P étant le poids du méditant, les efforts se décomposent en F1 (effort sur l'assise du shoggi) et F2 (effort vers l'avant se transmettant aux genoux). On voit que, si l'angle augmente, l'effort sur les genoux augmente. Un shoggi horizontal (tabouret banal) ne transmettrait aucun effort aux genoux. Un angle d'assise proche de la verticale transmettrait au contraire une grande part du poids du corps sur les genoux.

Or, un léger effort sur les genoux s'avérant indispensable à la bonne stabilité en méditation, un équilibre, en accord avec la morphologie du méditant, est donc à trouver.

 

squelette-c copie

 Critères à prendre en compte :

- La hauteur : selon la souplesse des membres inférieurs (genoux, chevilles), le volume des mollets et la taille de la personne. Ici 213 mm. hors tout pour une taille de 1m. 75.

- L'angle d'inclinaison de l'assise, qui fait basculer le bassin vers l'avant et cintrer légèrement le dos. De 7 à 10°, ici 7,5°.

Noter que le shoggi démontable permet de remplacer les pieds dans d'autres hauteurs et avec un angle différent, pour arriver à la bonne ergonomie après tâtonnements. (Le contreplaqué est une denrée bon marché).

FOURNITURES :

- Contreplaqué 10 mm. du shoggi présenté en premier pour un poids total de 844 grammes (utilisateur poids 70 KG et taille 1m75) :

Assise : 160 mm. X 420 mm.

Pied : 160 mm. X 183 mm. Petite hauteur : 162 mm. (angle 7,5 degrés). Prévoir dès l'achat du prédécoupé (rectangulaire à recouper pour l'inclinaison) plusieurs jeux de pieds.

- Profilé de bois léger raboté plus ou moins carré 22 mm. X 25 mm. ou 23 X27 selon provenance.

- 8 Vis à bois tête fraisée 90° Ø 5 X 30 mm. pour assembler les 4 "carrés" sur l'assise.

- 2 Boulons à bois tête ronde collet carré M6 X 60 mm.

- 2 Écrous papillon M6.

- 2 Rondelles plates Ø 6 mm (facultatif).

- Plaque caoutchouc mousse haute densité épr. 10 mm. à découper au cutter (ici 2 épaisseurs) ; coller à la colle néoprène. La mousse basse densité s'affaisse rapidement.

- Lasure, peinture, vernis, finition au choix ou pas de finition.

 

DÉTAIL D'ASSEMBLAGE IMPORTANT :

Assembler chaque pied et ses 2 bouts de "carrés" de 22 X 25 mm avec le boulon à bois écrou papillon bien serré avant de visser les 8 vis à bois (2 par carré) depuis le haut de l'assise. (Afin de permettre le serrage efficace et sans jeu du pied entre les deux carrés par la suite).

 

SUGGESTION : qui osera la fibre de carbone pour moins de 400 grammes ?...

 

 Shoggi de voyage 844 grammes

IMG_3001 copieCCC

 

 

 

IMG_3004 copieCCC

 

 

Aucune difficulté pour le moindre des bricoleurs (trous d'allègement et assise trapézoïdale en option). Le chanfreinage des deux carrés d'extrêmité permet de ne pas gêner les talons.

IMG_3007 copieCCC

 

 

Esthétique et finitions n'ont pas été privilégiées (mais on le peut).

IMG_3008 copieCCC

 

***

 Construction plus simple avec du CP de 12 mm au lieu de 10 (poids 1.044 grammes)

Pieds et assise vue de dessous

IMG_3267 copie 580

 

Pieds et assise vue de dessus montrant les 8 vis Ø 5 X30 F/90° de fixation des 4 taquets avant le collage du revêtement mousse.

IMG_3268 copie 580

 

 

Croquis rapides pour le shoggi ci-dessus réalisé en contreplaqué de 12 mm. 1 Clic pour récupérer l'image à la taille réelle.

IMG_20181002_0001 copie

IMG_20181215_0001 680 copie

 Cotes entre parenthèses données pour une personne de taille moyenne

 

Plaque de mousse utilisée (vendue dans les grandes surfaces de bricolage)

IMG_3314 copieCOMP

 

 

 Fabrication en petite série

IMG_3269 copie680

 

 

Nouvelle série (collection d'automne)

IMG_3316 copieCOMP

 

 

***

 

IMG_3013 copieCCC

 

 

Plus simple de construction et plus "civilisé", un shoggi "de salon" taillé dans un profilé de bois courant (140 mm X 27mm).

Assemblage par 6 vis à tête fraisée et rembourrage identique au précédent. La baguette sur le pourtour retient le tissu élastique (jersey fluide type jambe de pantalon féminin) qui recouvre la plaque de caoutchouc mousse haute densité.

Poids : 1.500 grammes.

IMG_3020 copcccie

 

 

DANS LA NATURE

                                                

                    Construire des pieds de shoggi pour méditer dans la nature (ou dans son jardin) nécessitant une surface d'appui au sol plus importante qu'en intérieur (ça s'enfonce, tiens !), on peut élargir les pieds à la base par simple collage, ou collage-chevillage comme ici, d'un profilé de bois léger de 25 mm X 20 mm par exemple. Prévoir aussi ces pieds-là un peu plus hauts pour les mêmes raison d'enfoncement et de sol irrégulier (+2 cm. par exemple).

Prévoir plus large en cas de sol marécageux ou de pratiquant(e) corpulent(e)...ou plus encore si les deux conditions sont réunies !

IMG_3092 copieCCC

 

 

 Détail des pieds.

IMG_3094 copieCCC

 

 

Shoggi utilisé ici en simple tabouret avec des pieds élevés pour contemplation, lectures édifiantes, affût de photo animalière, pêche (no kill please), chasse au Snark, grattage archéologique, repiquage de salade ou cueillette scientifique de pâquerettes...

IMG_3093 copieCCC

 

PLAIDOYER POUR UN SHOGGI

Il est à noter que le shoggi n'est pas toujours le bienvenu dans certains dojos, les puristes ne jurant que par le zafu. Si la posture sur shoggi peut rivaliser en stabilité avec le zafu, elle présente en effet une moindre ouverture des membres inférieurs, ce que certains maîtres hindous considèrent comme néfaste, notamment, à la perception des énergies. Il est bon cependant de considérer l'état physique, comme l'âge et le manque de souplesse de celle ou celui à qui le zafu est impossible : méditer sur shoggi ou ne pas méditer du tout, telle est la question. La position sur shoggi peut paraître en tout cas préférable à celle d'un lotus approximatif ou, pire, à celle sur chaise.

Certain dojo parisien interdirait même la pratique sur shoggi : où est, si chère au bouddhisme, la compassion ? - Noyée dans l'oubli de ceux qui souffrent (physiquement) au profit d'une élite jeune et sportive capable d'un lotus flamboyant ?

 

JCP  Février-Décembre 2018

02 décembre 2018

Vieux pavé (0949)

IMG_3350 copieCOMP

                                                                                                                                       Vieux Toulouse : rue Bédelières (im. JCP)

 

 

Vieux pavé

 

Ô délices des senteurs oubliées,

effluves d’un passé révolu

que faux marbre, métal poli, béton immortel et verre fumé,

trop ruisselants de moussante lessive,

ont à jamais bannis de notre connu olfactif…

 

Où êtes-vous, arômes putrides des fonds de cave où prospère le rat,

êtes-vous à jamais enfuies, exhalaisons des poutres moisies

ou du salpêtre au crépi décollé ?

Et vous, bouquets fins des urines fermentées,

cadavre de boisson où se lit misère et splendeur :

perdus pour toujours ?...

 

Ainsi nous te célébrons, rue Bédelières,

mémoire du passé, biographie vivante de l’émanation retrouvée,

page émouvante d’archéologie

où se met à jour l’excrétion qui se cache,

et te décernons le Grand Prix du Patrimoine Odoriférant !

 

 

 

Jyssépé 11 2018

Posté par J Claude à 18:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 novembre 2018

Salutaire désaccord (0943)

d680 and copie

 

Salutaire désaccord

 

                     La Mort, quittant discrète au petit matin le chevet d’un trépassé, vint à rencontrer la Vie, toute assourdie encore, elle, des vagissements d’un nouveau-né.

S’étant, contre toute attente, saluées courtoisement, la Mort dit à la Vie :

- Quelle absurdité que notre sort, à toujours défaire ce que l’autre s’éreinte à faire, Vie, ne trouvez-vous-pas ?

- Certes, comme vous je suis lasse, mais l’Univers est ainsi fait que tout ce qui vit périsse par vos soins, et qu’en ce qui meurt j’aille encore puiser la vie.

- Que ne cessons-nous alors un labeur inutile, prenons un repos mérité ! poursuivit la Mort.

- Signons donc un accord, c’est convenu, Mort, jouissons ensemble de la vie !

- A ceci je ne vous suis pas : seule la mort est jouissance, où par mon action rien n’a plus lieu de se faire et d’où naît le repos : Vie, suivez-moi dans la mort !

- Apprenez alors que le plaisir est seul dans le faire et le vivant : Mort, rejoignons de concert ce qui vit et se meut !

- La vie n’est que souffrance, le faire est éreintant ; l’inerte seul vaut qu’on le loue : ténèbres et néant, voici le seul bonheur, me tuerai-je à vous le dire ?

 

Et la nuit terrassait déjà le jour que ce dialogue de sourdes n’avait trouvé le moindre accord.

Reconnaissons que la chose est heureuse.

 

 

JCP 11 2018

Posté par J Claude à 10:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 novembre 2018

Eau (0939)

 

Eau

 

Eau titre-1 680 copie

 

 

 

JCP 11 2018

Posté par J Claude à 10:55 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
08 novembre 2018

Impermanente forme (0937)

bris pie 680

                                                                                            "Impermanence de Coupe à Thé sur Plaque Bambou" par Jyssépé

 

Impermanente forme

 

Implacable incertitude, la tentation destructrice hante le rêve,

tempête de mer qui soulève et brise,

rassemble et recoud la poussière des eaux et la sépare encore :

L’amour du débris passe par la rupture.

 

Infinie pureté de l’éclat des cassures,

Surface sacrée où l’œil se refuse,

Idée naissante du malheur des porcelaines (ont-elles une âme ?),

Mais, Ô sublime grain d’image neuve,

forme indécise au ciseau des épaves

que transfigure - élan de vie unique -,

le geste pur exempt de tout vouloir !

 

Œuvre extravagante,

œuvre absolue d’un art fulgurant,

forme des formes témoin d’un seul présent,

trait de créateur au pinceau du hasard :

Artistiques débris des porcelaines !

 

 

JCP 11 2018

Posté par J Claude à 11:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
02 novembre 2018

Clavecin (0771)

 

arton175683 copie680

L'orchestre de chambre de Toulouse à St. Pierre des Cuisines. Direction Gilles Colliard, clavecin Samuel Crowther, violoncelle Anne Gaurier

 

Clavecin

 

Cliquetis vif, son de rideau de perles,

Aigus déclics qui sous la main déferlent,

Ondée de sable ou bien mouche au carreau,

Piaillement de volée de moineaux.

- Faible instrument, le dernier rang te voit,

Doux clavecin, mais il ne t’entend pas.*

 

 

* Dans le cas présenté (image), clavecin non soliste dans une salle de 500 spectateurs.

JCP 12 / 2016 – 11 /2018

 

Sonates de Scarlatti par le regretté Scott Ross (1951-1989) :

https://www.youtube.com/watch?v=9pUftGTLRnQ&list=RD9pUftGTLRnQ&start_radio=1&t=21

 

Toccatas_Danses

 

Posté par J Claude à 15:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
27 octobre 2018

Au parc 3 (715)

IMG_2140 copie

Au parc (3)

 

 

Bruit de l'eau cascade blanche au soleil.

 

Cris d'enfants ballon blanc sur l'herbe rase aux senteurs fraîches,

ombre et soleil au couteau de l'été ;

la grille est grande ouverte ; un vélo passe.

 

Des pas sur le gravillon.

Sur le banc la vieille dame a souri.

Le vent qui court s'habille coquet d'un nuage de pétales,

rejette soudain sa robe fripée dans l’herbe

et s'enfuit, invisible et nu parmi les arbres.

Le silence des tout petits bruits retombe sur le grand parc.

 

Bruit de l'eau cascade blanche au soleil.

 

 

 

JCP 07 2015 Au jardin public du Grand Rond (Toulouse), image JCP

Posté par J Claude à 15:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 octobre 2018

Doors of perception (0842)

 

mort-auteur-aldous co680000pie

 

 

Doors of perception*

 

A Jim Morrison (1943-1971)

A Aldous Huxley (1894-1963)

 

 

Pas de fenêtres, seulement des portes fermées.

La maison semble inaccessible, pourtant quelqu’un vient de sortir.

L’homme s’éloigne à pas pressés, laissant la rue déserte ;

on ne sait que penser.

 

A la surface du mur quelque chose a bougé,

et la poussière tombée nous donne un peu d’espoir.

Le crépi enfle et se craquèle, une brique repoussée s’écrase sur le trottoir ;

pareille à toutes les autres, une porte nouvelle prend forme,

joue un moment sur ses gonds et se referme.

 

Est-ce donc ainsi que naissent les portes ?

Est-ce le signal d’un univers nouveau fait de portes fermées,

où l’homme ne pourra communiquer ?

 

 

* « Les Portes de la perception », essai de Aldous Huxley, duquel Jim Morrison tira le nom des « Doors ».

 

JCP 01-09 / 18

Posté par J Claude à 19:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 octobre 2018

L'âme du bois (0754)

 

wooden-wardrobe-dusty-uninhabited-attic-old-house-55465864

 

L'âme du bois

 

                                                                       A Rimbaud, à Baudelaire

 

Le tiroir arraché montre une litanie

De vieux tissus fanés, vestiges de la vie

A l'ombre de ces murs, qui virent tant de larmes

Aux départs sans retour sous les anciens vacarmes.

 

D'anciens sucs desséchés, sur un pâle satin,

Dénoncent indiscrets d'obscurs plaisirs éteints ;

Le froid des hivers morts se lit aux grosses laines,

Où transparaît toujours le labeur et la peine,

Et le rude drap bleu, reprisé délavé,

Porte à sa trame usée la sueur des étés.

 

Des larmes invisibles, au sein d'étoffes noires,

Et des mouchoirs froissés parlent des anciens deuils,

De proches réunis tout autour d'un cercueil,

Et de sombres veillées effacées des mémoires.

 

Entourés de rubans dans un tiroir secret*,

Dorment des mots d’amour aux nœuds jamais défaits,

Qu’une vie de labeur a chassé des mémoires,

Quand sous le cri du bois le ver fore l’armoire.

 

- Mémoire impermanente aux relents étouffés,

Tu finiras au feu d’un fol autodafé,

Et feras place nette aux coutumes nouvelles :

D’un éternel envol, la Vie montre son aile.

 

 

 

* Prononcer « secrait » (à la parisienne).

JCP  03/2016 – 10/2018

Posté par J Claude à 11:29 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
06 octobre 2018

Au pays inconnu (0887)

 

 

1448875061291249819

                                                                                           Image extraite du Voyage de Chihiro, dessin animé de Miyazaki

 

Au pays inconnu

 

                                                       A Hayao Miyazaki

 

Portées par la pensée, des fumées ont grandi,

Obscurcissant la vue d’un voile imaginaire,

Et les regards jetés sur le terrain maudit

Font du terreau fertile une mauvaise terre.

 

La fugace illusion des rails posés sous l’eau

Ont fait du train joyeux un dangereux bateau,

Qui coule et ressurgit privé de capitaine ;

Et sous l’œil indécis se prend la vie en haine.

 

Les espoirs d’horizons pourtant n’ont pas fléchi,

Et de l’œil au mental un lien ténu subsiste :

Le nuage grisé soudain s’évanouit,

Et se perd la notion d’un monde pointilliste.

 

L’homme qui se maudit et maudit son erreur

Sur le long ruban gris a repris sa vitesse,

Et mettant à profit son humeur vengeresse,

Parvient à raviver les couleurs du bonheur.

 

 

JCP 03 04 18

Posté par J Claude à 11:07 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 septembre 2018

Le voyage de l'océan (0881)

 

tmp731169937564893185-758x497

 

Le voyage de l’océan

 

Un océan bougon se plaignait aux rivières,

Et regrettait déçu de voir figée son aire.

- Ainsi leur disait-il, partout je vois courir

Votre eau vive et joyeuse et ne le puis souffrir :

De marées en ressacs je ne voyage guère,

Et mes nuits sont meublées par des pensées amères.

 

Vous autres connaissez montagnes et vallées,

Côtoyez les forêts comme les champs de blé,

Quand se borne ma vue aux limites sévères

De ces commencements que sont les bords des terres.

 

Et l’océan pleura.

On dit que celui-ci, du flot grandi soudain

De celui de ses larmes, emprunta des chemins

Qu’il se creusa lui-même. Il visita les villes,

Parcourut les campagnes, et ne laissa qu’une île

Nommée Himalaya.

 

 

JCP  03-09 2018

Posté par J Claude à 10:36 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
02 septembre 2018

Maintenir le maintenant

 

VOUS ÊTES PRESSÉ (PRESSÉE) :

- 1 Sinapisme de Lenteur matin et soir (appliquer sur tout le corps).

- 1 Cuillérée à soupe de Rien-Faire-Attentionné le matin (renouveler le soir si nécessaire).

Essayer le traitement gratuitement et sans engagement : voir plus bas.

 

◄►

 

M anigif

 

 

0000 S-fr_FR copie

 

◄►

 

- Dans un lieu calme et peu éclairé, asseyez-vous en position stable et détendue sur une chaise à l’assise ferme* :

               - Dos droit

               - Menton légèrement rentré

               - Mains à plat sur les cuisses

               - Yeux fermés

 

- Laissez votre respiration s’apaiser d’elle-même. Rien ne presse. Vous êtes arrivé(e).

 

- Observez attentivement votre respiration sur ses quatre temps :

Inspiration / transition / expiration / transition.

 

- Fixez toute votre attention sur les sensations de l’air qui circule à l’intérieur de votre nez.

Tout en comptant mentalement de 1 à 10 sur chaque expiration :

     Inspiration / 1

     Inspiration / 2

     Inspiration / 3

     Etc…

 

- Vous n’êtes pas parvenu(e) jusqu’à 10 :

Une, ou plusieurs pensées se sont emparées de votre mental contre votre volonté, interrompant votre décompte et votre concentration.

Curieusement, ces pensées concernent passé et futur, domaines de l’inexistant et de l’improbable, jamais le présent. Sont-elles toutes utiles ?

Reprenez alors à 1 et poursuivez. Rien ne presse. Vous êtes arrivé(e). Souriez.

 

- Au terme de plusieurs tentatives, vous êtes parvenu(e) à 10 (ou même à 8), sans que le flux des pensées ait pu vous déconcentrer : c’est une grande victoire sur vous-même !

(César lui-même, connaisseur en victoires, déclarait que ces victoires-là sont les plus difficiles).

Pratiquez assidûment cet exercice au moins vingt minutes au quotidien, et vous connaîtrez, mental progressivement apaisé, le bonheur de la méditation dans le non-penser. Bonheur qui s'insinuera progressivement dans votre vie de tous les jours si vous persistiez à pratiquer cet exercice simple.

Vous pourrez alors ajouter ce demi-sourire, à maintenir le plus longtemps possible, à votre pratique (le sourire du Bouddha). Et vous n'utiliserez le comptage de 1 à 10 que lorsqu'il vous deviendra nécessaire.

 

Et peut-être deviendrez-vous bientôt un pressé, ou une pressée serein(e).

       

* En position du lotus ou assis tailleur sur un coussin si vous en êtes capable.

 

 ◄►

 

                             Contrairement à ce que laisse supposer cet article, qui se veut simplement vulgarisateur, il est vital de ne rien attendre de la méditation car, à la manière de la pensée que l'on ne peut réprimer, mais qui s'efface en l'observant, vouloir pratiquer la méditation dans un but affirmé ne peut qu'en limiter les effets attendus, voire les détruire à terme.

Méditer dans cet esprit n'est pas méditer - c'est pourtant ce qui se pratique sous la houlette de certaines personnes, parfois de très bonne foi et même avec certains résultats, dans d'autres cas à des fins simplement mercantiles.

La méditation n'a aucun but. Sa pratique dans un esprit de profit quelconque la dénature, et ce que l'on appelle "développement personnel", terme qu'on ne s'étonnera pas d'avoir vu naître au pays du "rêve américain", est la manifestation de ce détournement.

 

 

EN RÉSUMÉ :

 

- Se concentrer.

- Ne prendre part à rien.

- Ne rien faire d'autre que ne rien faire : simplement assis.

- Sans but ni esprit de profit.

 

(Plus difficile qu'il y paraît).

 

JCP 09 2018

Posté par J Claude à 10:41 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 juillet 2018

Désaiguillage (0901)

 

Désaiguillage

                                                                                                          À Martine

 

                Le nombre infini des aiguilles que le Temps dépose ici n’est pas des pins, mais de toutes horloges du temps qui viennent mourir en ce sous-bois, et ne connaîtront plus le cadran.

                Le cycle qui vient de s’interrompre affecte les passagers du Temps, et tout se fige dans une chorégraphie de silence, que seul le vent anime encore dans les hauts branchages.

                   Dans un bien-être permanent, nul ne vieillit ni ne meurt mais, de jour en jour, le temps immobile se charge de lassitudes lourdes.

                  Le corps figé n’appelle plus aux plaisirs ni aux besoins de son ancien monde, soient-ils de boire, de contempler (la forêt de pins lasse le regard), de chère ou de chair. La vie ainsi réduite s’affuble d’indécises valeurs, et son intérêt s’érode à l’âme, où le néant s’insinue.

                  Sortir du bois se pense, mais l’idée de vieillir chasse sans cesse cette pensée qui s’obstine...

                 Pourtant, un par un et à pas lents, les passagers de ce voyage hors du Temps sortent du bois, préférant une mort annoncée à la vie sans vie de cette éternité-là.

                  Dans le cri rauque des carillons étouffés sous leurs cendres, le vent a dispersé les aiguilles.

 

 

 JCP 12  04 18

Posté par J Claude à 09:08 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
04 juillet 2018

La sagesse facile

 

Vieux sage copie

 

 

La sagesse facile

 

La sagesse dit-on est vertu de vieillesse,

Et ne peut s’acquérir qu’au prix de longs efforts.

Mais l’autre vérité des privés de jeunesse

Est que tout grand désir s’échappe des vieux corps

Qui ne peuvent courir, de leurs jambes traîtresses,

Le marathon des fous quand la vigueur régresse.

 

 

 

JCP 09 07 18

Posté par J Claude à 15:35 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
01 juillet 2018

Souvenirs d'avenir (0907)

 

Souvenirs d’avenir*

                                                                     À Éric Emmanuel Schmitt

 

 

Les fumées qui se dissipent

laissent voir dénudés les relents d’une vie non vécue,

mémoire précieuse d’un avenir volé au temps qui n’est pas encore né.

 

Et comme prise au futur des grottes,

l’eau anime l’horloge inexorable qui claque lentement ses gouttes,

vagissement séculaire d’intention lente qui naît à la roche.

 

Mais le bord de falaise habille le bout du pied d’un frisson de néant,

alors que les fulgurances du temps

ne laissent aux nouveaux nés qu’un avenir mort-né.

 

Et dans cet univers de croissance temporelle incontrôlée,

l’avancée du futur, où veillent des peurs inconnues,

ramène au réel d’un présent qu’il est urgent de vivre.

 

 

* Titre dédié à Éric-Emmanuel Shmitt (« La part de l’autre », réplique de « Onze-Heures-Trente »).

JCP  3-4 mai 2018

Posté par J Claude à 09:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
13 juin 2018

La révolte des parapluies (0926)

 

IMG_9952 cffopie

                                                                                                                                 Toulouse, rue Alsace-Lorraine, 2015

 

La révolte des parapluies

                                                                                                      Dédié à V.

 

 

                          Il plut tant cette année-là qu’un surcroît de travail fut exigé des parapluies, dont la fibre n’avait le temps de sécher entre deux averses. La structure de certains connut l’oxyde, on vit des manches trop secs se fendre sous les trombes d’eau, et leur tissu affecté de moisissure.

                       Les météorologues, dépassés par la tâche et craignant pour leur vie, n’avaient d’autre recours que percer en cachette la paroi du pluviomètre, écartant la vindicte des masses courroucées par cet astucieux stratagème.

                          Et l’on vit même, catastrophe climatique jamais signalée, des laboratoires pharmaceutiques consacrés à l’effervescent exploser sans flamme ni fumée, tant le taux d’hygrométrie des airs avait passé le connu de cadrans obsolètes. La nuée guérisseuse ainsi répandue sur tout le sud du pays offrit bonne santé à tous - jusqu’aux hypochondriaques dépités.

                    Cependant, le peuple nombreux des parapluies continuait à souffrir, et ce fut le « SPPPH », Syndicat des Protections Portables Propres à l’Homme, accru des membres du « SPFPH » (remplacer « Portable » par « Fixe »), regroupant tentes et parasols (les tentes bédouines brillèrent d’une absence peu solidaire), qui porta l’alerte à la sourde oreille humaine trop préoccupée d’essorage, quant à la gravité de la situation par de vastes manifestations dans tout le pays.

                      Sous des airs purs tant ils étaient lavés, on vit la foule large de la Gent Protectrice assemblée sur les places, réunie dans les parcs et les squares, manifester dans un silence contenu leur affliction pluvieuse, privant ainsi de leurs bienfaits des humains mécontents. Sous les accents brisés d’orateurs bronchiteux, on soutenait malades et blessés d’une foule pitoyable qui n’aurait pas dépareillé dans la gueule béante des grottes à miracle.

                       En appelant à la chaude influence ibérique, la ministre du Temps - trop fraîchement nommée -, décréta l’éradication des Pyrénées. Et n’eût été la logistique coûteuse, la libre circulation nuageuse eût été rétablie, unifiant ainsi deux climatologies.

                       Dès lors sans protection sous une ondée permanente - telle que Darwin eût prédit nageoires et branchies aux races du futur -, l’humain désespéré, triste et désemparé, ne faisait qu’accroître le déluge infernal du flot continu de ses larmes.

On vit des suicides heureux accomplis par le feu.

                      Cette situation aurait pu perdurer si, après tant de pluie, le beau temps ne fût revenu. Alors la pluie cessa. Et, flaques asséchées, parapluies apaisés, consolés et soignés, la vie reprit son cours sous un soleil radieux.

 

 

JCP 13 05 2018, sur une idée de parapluie proposée par V.

 

Posté par J Claude à 11:25 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,