Im. x

 Chaire

 

 

Coupable

 

Rendu hier à l'église en toute aménité,

J'y appris fort surpris ma culpabilité ;

On n'y disait de quoi, mais j'étais fort blâmable,

Et tous avions commis la faute lamentable.

 

A genoux tête basse, il fallait implorer

Je ne sais quel pardon sur des textes sacrés,

Et n'eus été surpris qu'au sortir de la messe

On donnât du fouet sur nos coupables fesses.

 

Pour l'homme costumé, une obscure notion

Qu'il baptisait péché, interdisait l'action

Qui se fût opposée à une loi si triste

Qu'elle omettait "bonheur" en sa trop courte liste.

 

Je ne me savais pas si pauvre et malheureux,

Mais je devais pourtant, ignorant de la joie,

Accourir en ces lieux la puiser dans la foi,

Ou bien périr aux flammes d'un invisible Dieu.

 

Ainsi, tels des moutons conduits au pâturage,

Il nous fallait brouter l'herbe unique du lieu,

Promettant de rester docile au Berger-Dieu,

Et suivre le troupeau sans éprouver de rage.

 

Ne sentant vocation aux troupes d'ovidés,

Portant plus haut que tout la joie la liberté,

Échappé du procès plus loin que tous mes pas,

Je jurai sur ma vie qu'on ne m'y prendrait pas.

 

 

JCP 10 02 - 09 05 / 2013