20 avril 2021

Monde fragile (1326)

 

 

 

Monde fragile

 

Ne pose pas ton pied !

Tout un monde en son lit

Dort sous ce pissenlit.

 

 

JCP, 03/2021 Bois de Pinot

Posté par J Claude à 07:16 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mars 2021

Rosée (1324)

 

 

 

Rosée

 

Sur les hautes estives,

les nuées joufflues ont rejoint le grand flot des moutons,

et broutent avec eux l’étendue d’herbe fraîche.

 

Et dès que le vent, ce grand berger du ciel,

les aura ramenées aux vastes pâturages bleus, 

tout brin d’herbe luira

de leur claire salive.

 

 

 

JCP, 03/2021

Posté par J Claude à 14:49 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,
28 février 2021

Antiquités (1152)

 

 

 

 

Antiquités

 

Jour après jour lissés

de mains de long temps mortes,

objets que seule anime

la poussière du temps,

 

en tous vos corps hagards

conservez-vous cachée

la mémoire oublieuse

des êtres du passé,

 

qui votre peau si lisse

jour après jour lissèrent ?

 

 

 

JCP 01/2020

 

Posté par J Claude à 06:40 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
16 février 2021

Entre les notes (Quatrains, 1317)

 

 

 

 

Entre les notes

 

Le silence est venu se glisser dans la salle,

Et le grand homme sombre aux mains pleines de vide

Le jette entre les notes. Alors, mélancolique

Ou bien pleurant de joie, le silence est musique.

 

 

 

JCP, 02/2021

Posté par J Claude à 11:11 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 février 2021

La grève des éboueurs (310)

 

 

 

La grève des éboueurs

 

À Julien Gracq,

                                              À Gustave Flaubert

 

                          C’était à Rosemont, faubourg d’Orgeville, dans une des maisons basses de la rue des Inclinations.

Sous le feu croisé des discussions, le flot des paroles proférées s’amassait parmi les couverts, jaillissant sur la table en jets discontinus, éphémères fulgurances entrecoupées de pur silence.

Et l’on voyait mots et phrases éclater en comètes mortes et se répandre, cadavres inintelligibles, sur la nappe en masses informes de graphismes entremêlées.

Tard dans la soirée, alors que déclinait la parole, on dut ouvrir portes et fenêtres et rejeter l’inutile résidu des entretiens jusqu’au milieu de la rue, où l’on voyait grandir la montagne inerte des mots déjà dits.

Ce fut à l’aube qu’apparut l’ampleur du désastre : les millions de mots, proférés depuis le début de la grève des éboueurs de phrases mortes, partout jonchaient le bitume, putrides et malodorants.

Aussi, on ne peut que déconseiller Orgeville avant que ne trouve issue le fâcheux conflit social.

 

 

JCP  14-21/11/2010 ; 01/2021 B

Posté par J Claude à 06:05 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 janvier 2021

Rage d'écrire (Quatrains, 1316)

 

Rage d'écrire_0001450 copie

JCP, 01/2021

Posté par J Claude à 11:08 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,
26 janvier 2021

La part du vent (1088)

 

 

Sur la vaste étendue de lisse pierre grise,

La parole a glissé, emportée par la brise ;

Et son timbre diffus, retourné par l’écho,

Ne sera jamais plus que cadavres de mots.

 

Sont-ce des mots de haine ou d’émerveillement,

Sont-ce mots jamais dits de timides amants,

Surdité de l’amour qui refuse sa grâce,

Et désunit les pas dont la trace s’efface ?

 

Soient-ils de servitude ou bien de révoltés,

Soient-ils de plénitude en face des beautés,

Les mots non écoutés rejoignent la cohorte

Des damnés du silence, et le vent les emporte.

 

 

JCP 12/2019

Posté par J Claude à 07:40 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,
23 janvier 2021

Aeroscopia (1315)

 

 

 

Aeroscopia

 

La fusée dans le pré ne décollera pas :

C’est celle de Tintin, emblème de ce lieu,

Et parents et enfants ont déserté le parc -

Où certaine tribu qui fume les pelouses

Abandonne l’ordure au parterre de fleurs.

 

Des avions de combat, les ailes arrachées,

Le cockpit étoilé et le ventre dans l’herbe,

Attendent patiemment le monteur bénévole

Qui n’est pas revenu. Tout est barricadé,

Et les herbes sauvages envahissent l’enclos.

 

Les beaux vaisseaux des airs, autrefois admirés

Par un public radieux ne sont plus visités.

Et le grand parking vide, où des papiers s’attardent,

N’est plus qu’un damier gris délimité de blanc,

Où des joueurs fantômes jouent d’invisibles pions.

 

Seuls quelques promeneurs laissent leur chien courir

Parmi les boutons d’or, et tout l’espace semble

S’être donné le mot pour paraître morose,

Et dire qu’autrefois rire et voix résonnaient -

Au musée des avions fermé pour pandémie.

 

 

 

JCP, 01/2021 (Jeudi 21/01)

Aeroscopia vu de l'intérieur :

http://souliervoyageur.canalblog.com/archives/2016/09/18/34337754.html

Aeroscopia vu de l'extérieur :

http://souliervoyageur.canalblog.com/archives/2020/11/27/38674317.html

Site Aeroscopia :

http://www.musee-aeroscopia.fr/

 IMG_4795 co100pie

21 janvier 2021

Justice ! (1301)

 

 

 

Justice !

 

Honte au voleur d’étoiles,

Lâche jamais châtié,

Répugnant profiteur

D’un décompte impossible !

 

 

JCP, 12/2020

Posté par J Claude à 08:27 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
15 janvier 2021

À crédit (0886)

 
 

 

 

À crédit

 

Il trotte dans ma tête un fossoyeur sans pelle,

Qui se rit bien de moi sous ses airs trop sérieux.

Car ce berger des morts, qui met autant de zèle

A refermer les tombes, me joue un autre jeu.

 

Sa voix que je pressens n’a pas assez de force,

Pourtant je la devine à travers mon écorce

Lentement fissurée sous les intempéries ;

Mais de grands archipels se montrent pleins de vie !

 

- Fossoyeur de ma joie, tu n’auras pas mon corps :

Malgré ces os vieillis, j’apaiserai ma tête

Pour la vider de toi ! Je te confie ma mort,

Mais la joue à crédit, et non à la roulette !

 

 

Jyssépé  03 04 18

Posté par J Claude à 08:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,