07 décembre 2015

En el pecho

 

 

En el pecho

ou : héros d'un jour 

 

                            Né bilingue (occitan-français), j'ai toujours aimé les langues, mais c'est en espagnol où je brillais le plus, le pratiquant à toute occasion (Midi-Pyrénées oblige).

Remplaçante jeune, belle et pulpeuse de notre vieil encravaté-chapeauté-chauve de prof d'espagnol, dès son premier cours sa vue nous plongea tous dans l'émoi le plus vif, à un âge où les énergies tendent à se focaliser...

Désigné pour le jeu des questions-réponses celle-ci me demanda :

- ¿ Cuantas bombillas hay en el techo ? - "Combien d'ampoules y a-t-il au plafond ?".

Incapable hélas du moindre regard vers le plafond, tant il était figé sur sa poitrine idéale sise dans le déraisonnable moulé de son pull, c'est l'instinct qui me dicta :

- En el pecho hay dos bombillas. - "Sur la poitrine il y a deux ampoules" - immanquable facétie (en outre le plafond en comptait quatre) provoquant - cancres exceptés - l'hilarité générale.

Pecho / techo, une seule lettre pour autant d'effet, je me sentis rougir jusqu'à la pointe des cheveux, et vis que l'on pouvait remarquer de même une certaine coloration cutanée sur le joli visage de la jeune professeur, dont la voix se troublait.

Je fus vivement réprimandé pour le chahut et, n'osant répondre à mon allusion, celle-ci passa d'emblée à la question suivante, alors que les rires et les pouces levés vers moi s'apaisaient difficilement.

  

JCP 11-12 2015 Pour Les Impromptus Littéraires (Un enseignant qui vous a marqué)

Posté par J Claude à 15:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 décembre 2015

Les fesses du professeur

IMG_0434 copie

Im. JCP

 

Les fesses du professeur

ou : (x² + y² - ax)² = a²(x² + y²)

 

                                 D'un physique inspirant le respect, l'homme était sévère et l'on se tenait tranquille au cours de mathématiques de Mr Pierre Delmas, dit cependant "Pierrot". Le cancre et le chahuteur, ignorant la voix du professeur ou y cherchant facétie demeuraient pareillement silencieux, et c'est à peine si l'on remarquait, ici où là, l'œil mi-clos ou l'esquisse de quelque grimace sur des visages prudents : on savait l'homme d'humeur prompte à punir. Égaré dans la projection spatiale comme dans l'intégrale, qui ne voulait écouter se tenait coi.

Mais qui, animé du désir de suivre pas à pas cette voix lente, grave et engageante pouvait voir, ébahi, se dresser lentement devant lui tout un monde neuf en construction, dont l'image grandissait autant à la surface du tableau noir, qu'elle emplissait l'esprit des merveilles d'exactitude froide - et pourtant grisantes - de la géométrie, qu'elle fût plane ou dans l'espace.

Le discours prenait alors un tour lyrique. Sans jamais s'essouffler, la voix montait mille échafaudages de droites infinies, de segments définis, de coniques aux courbes avantageuses appelant de caressantes voluptés, d'incroyables points de concours où l'angle aigu tolérait la répugnante promiscuité de plus obtus que lui, dans la paix sans bornes des espaces tridimensionnels.

Nées de foyers si chauds qu'elles devaient les fuir, hyperboles, spirales et paraboles tendaient leurs bras sans fin vers les lointains indicibles alors que, de plus modeste condition, cercles, ellipses et ovoïdes, parallélépipèdes ou sphères se laissaient mieux appréhender par le regard - comme par l'imaginaire.

Mais il fallait voir comme les "fesses du lait" (telles qu'on les voit paraître à la surface du lait dans la casserole), et que de pudiques mathématiciens nommèrent "cardioïde" déclenchait, - instant trivial autorisé -, une déferlante de rire éveillant jusqu'au cancre qui, regrettant de n'avoir pas suivi, consentait à s'instruire de la réjouissante courbe auprès de camarades plus studieux, Pierrot ajoutant alors que, - nom de dieu ! -, il fallait bien nommer un cul un cul !

Et c'est à regret qu'une sonnerie assassine ramenait à son monde, celui du Temps, un moment oublié alors que les restes du rêve tracé s'évanouissaient sous les coups du tampon effaceur - quand à notre insu nous étions déjà investis d'une part supplémentaire de ce merveilleux savoir qu'avait su nous insuffler Mr. Delmas, dit "Pierrot".

 

JCP 11-12 2015 Pour Les Impromptus Littéraires (Un enseignant qui vous a marqué)

 

Posté par J Claude à 11:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2015

L'art du Rien (1)

pensee-bulle-de-bande-dessinee_17-826105936-600x507

 

L'art du Rien (1)

ou : Des difficultés du non-penser dans le rien-faire

 

De plume ou bien d'archet, de pinceau, de burin,

Admirables soient-ils, ces arts là ne sont rien

Auprès des vacuités de cet art salutaire -

Hélas bien mal aimé - : celui de ne rien faire.

 

Banni d'Occitanie, risée des Amériques,

Cet art des plus abstraits, où rien ne se pratique,

Exige un esprit fort et des talents certains ;

Et qui veut s'y risquer doit se lever matin.

 

Rien faire et le bien faire se gagne à rude école,

Car sous l'acte proscrit, l'esprit qui caracole

S'en vient troubler la paix du rien faire absolu,

Qui meurt sous le boutoir des pensées superflues.

 

Voyez s'il est ardu le chemin du rien faire :

Qui apaise son corps croit bien y parvenir ;

Or, calmer du mental jusqu'au moindre soupir -

Faisant le vide en lui - voici la grande affaire !

 

On comprend là combien l'art fragile se perd ;

Qui tient son corps en paix sous un mental rétif

Est dompteur d'étalons et n'a rien d'un oisif :

Le rien faire bien fait est affaire d'expert...

 

 

JCP pour Les Impromptus Littéraires :

http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/2015/11/lartdu-rien-ou-des-difficultes-du-non.html

Posté par J Claude à 11:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 novembre 2015

Paix des profondeurs

IMG_9065 copie

 

Paix des profondeurs

 

Les blessures lentes de la mer,

que les vents ramènent de lointains horizons,

écument en longues larmes blanches

sur le sable des grèves.

 

Mais, dans la paix de l'eau profonde où rien ne bouge,

on ignore le tourment des surfaces,

et le sillage du bateau n'y laisse pas de plaie.

 

Tout comme au fond des flots

notre mental peut trouver la paix,

délaissant ses rides de surface qui,

telle une houle assombrie

attristent notre vie.

 

Il suffit pour cela,

corps apaisé, souffle veillé

aux lumières du non-agir,

de puiser au bonheur de la pensée abolie,

sur les rives calmes d'un mental en repos.

 

Étrangère à nos contrées fébriles,

cette approche d'un bonheur sans cause par le non-penser

est la porte étroite et sans décor

d'aussi précieux domaines que tous paradis promis.

 

 

JCP,  avril 2015 - novembre 2015 revu nov. pour Les Impromptus Littéraires , sujet "Comment ne pas penser" :

http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/2015/11/jcp-comment-ne-penser-rien.html

Posté par J Claude à 18:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 novembre 2015

Les yeux fermés

 

IMG_0362 copie2

 

Les yeux fermés 

 

Comme une houle sonore à l'invisible flot

dont le flux et le reflux

semblent porter tour à tour

l'oreille et le corps vers de vagues lointains,

la terrasse du grand café

respire au vent du large

des grèves citadines.

 

 

JCP 08 11 15  07 11 15 par une chaude soirée de novembre, au Florida (Toulouse)

Posté par J Claude à 10:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

30 octobre 2015

Bois flotté (sonnet)

IMG_0340 copie copieCOMP  

Oléron, côte ouest

 

 

Bois flotté

 

Aux sables en repos que la marée délaisse

Vient mourir sur la grève une pièce de bois,

Venue peut-être là de la nef d’un grand roi

Comme d’un frêle esquif accablé de vieillesse.

 

Que tu soies d’un vaisseau de tant et tant de pièces

Ou du pauvre canot d’un vieux pêcheur d’anchois,

Que la poudre ou l’écueil aient eu raison de toi,

Nous diras-tu les émois de ta prime jeunesse ?

 

Déjà le flot grondeur sous les vents revenus

Recouvrait les sables des grands espaces nus

Lorsqu’une faible voix déclarait en substance :

 

- Sachez que je ne fus coque d’aucun vaisseau,

Mais qu’à ces tristes restes jadis pendaient des os,

Dit le morceau de bois, - ainsi, je fus potence.

 

 

JCP, pour Les Impromptus Littéraires :

 

http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/2015/10/jcp-une-photographie.html 

 

Posté par J Claude à 09:28 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
22 octobre 2015

Temps premier

cerisier copie

                             

 

Temps Premier

 

Ou : "Les amants de la plage"

 

                                          L'ombre de la mer, dont on apercevait encore miroiter les scintillements bleutés sur le dos de la dune, était tout ce qui demeurait de la vaste étendue des eaux, dont témoignaient encore de pauvres flaques parmi les rochers.

Inexorable, le fluide nourricier avait fui sans pitié l'homme et ses embarcations, couchant celles-ci, désolant celui-là.

On offrit des sacrifices humains, on invoqua les dieux Puissants et, en effet, l'ombre de la mer s'en fut et des eaux bleues, plus belles encore, revinrent pour un temps - avant de se retirer encore et laisser place à l'ombre de la mer.

Un peu de sang versé pour tant d'eau poissonneuse, c'est sous le regard débonnaire des dieux que l'avantageux échange persista longtemps.

Mais hélas, la part des sacrifices humains excédant celle des naissances - et faute de penseurs à écouter -, la terre se dépeuplait chaque jour plus encore.

Et l'on vit bientôt, demeurés seuls au monde, un homme et une femme s'enlacer tendrement, à l'ombre douce d'un Pommier en fleurs* - auprès des flots marins accouru là tout exprès.

Alors que l'ombre de la mer retirée inondait le visage des amants de papillons bleus, on entendit la voix douce d'Ève susurrer à l'oreille attentive d'Adam :

"- Enfin seuls !..."

 

 

* "Chargé de fruits mûrs" selon d'anciens Écrits, dûs à d'improbables descendants des amants de la plage qui - pour cause - témoignent de ce qu'ils n'ont pas vu...

 

 

JCP 09 15 Pour les Impromptus Littéraires (sujet : "L'ombre de...")

Posté par J Claude à 10:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 septembre 2015

Das Auto !

car-295043_640

 

Das Auto !*

 

 

5 Avril 1975, journal télévisé de 20 H., TF1 :

"- La crise est là, certes, les prix s'envolent, le prix du baril de pétrole flambe mais, heureusement, un nouveau type de moteur, jusqu'ici réservé aux poids lourds et aux navires de haute mer est enfin disponible sur nos automobiles : le moteur diesel.

Cette motorisation révolutionnaire, venue à point nommé en ces temps difficiles, réunit en effet d'immenses avantages : faible coût du carburant et consommation basse, puissance à bas régime pour une usure mécanique réduite, ajoutés au taux de pollution le plus bas jamais obtenu sur un moteur automobile.

L'avenir est dans le diesel : luttons tous contre la crise en roulant diesel !"

 

23 Septembre 2013, journal de 20 heures, France 2 :

"- La vérité sur le diesel nous est enfin révélée : ces moteurs affichent - les derniers tests sont accablants -, un taux de pollution inacceptable pour l'homme et l'environnement.

Mais, fort heureusement, les constructeurs l'affirment et c'est une excellente nouvelle, les filtres à particules qui équipent les nouveaux modèles réduisent à néant ce qui n'était qu'un défaut de conception : Nous pouvons continuer à rouler - économiquement et proprement - avec les nouveaux véhicules diesel !"

  

18 Avril 2015, info en continu, BFMTV :

"- La vérité sur le diesel nous est enfin révélée : les filtres à particules ne tiennent pas leurs promesses : des tests d'un type nouveau montrent clairement qu'ils sont inopérants.

Mais les constructeurs, qui ne sont pas restés inactifs, nous proposent de nouvelles motorisations essence qui, elles, offrent enfin toutes les garanties.

Il est donc de notre devoir envers la planète et les générations futures de rouler avec ces véhicules de dernière génération qui - on nous l'assure -, sont les plus économiques et les moins polluants jamais conçus !"

 

* "Das Auto" : slogan publicitaire adopté par "certain" constructeur allemand

 

  

JCP 09 15 Pour les Impromptus Littéraires (sujet : "Un beau salopard")

Posté par J Claude à 01:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 septembre 2015

Un amour de vent

       Un amour de Vent           

 

↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓↓

                                      

 

                                  Partout les eaux ralentissent, quittent leur lit, se répandent sur les basses plaines, franchissent les portes des villes ; des fleuves désemparés remontent leur cours, ruinent les canaux subtils de leurs sources sous de grands travaux tempétueux de roche et de boue, s'éreintent au creusement de lits nouveaux, emportant hommes et bêtes sur leur passage.

La houle et la vague apaisées, les océans aplanis quittent les plages, effondrent les dunes, baignent les roches, rejoignent les rivières nouvelles, colonisant au passage les grands lacs de leurs eaux bleues.

Les arbres en tous lieux, comme chargés d'invisible fruit lourd, abaissent piteux leurs bras vaincus jusqu'au sol et les oiseaux, qui n'ont plus que de courtes envolées, se couchent à terre, les pattes repliées sous leur ventre tremblant.

Alors, la surface des terres et des mers s'obscurcit d'un soleil toujours caché : par un pur prodige, brumes et nuages s'abattent sur le sol, y demeurent figés en couche épaisse et compacte, humide et froide.

La Vie semble-t-il touche à sa fin.

Au mépris de leur corps baigné des éléments, des femmes, des hommes à genoux croient sauver leur âme, alors que circulent sans cesse d'étranges airs, qui n'envolent ni chapeaux des têtes ni linges des cordes tendues, mais désunissent et couchent les herbes, comme foulées toutes du pas des géants.

 

                                   Cependant, au sein des cieux lointains règne un silence pesant : Éole, affligé, se meurt d'amour pour la jolie Ventoline, qui lui refuse encore et toujours l'étreinte de ses douces vapeurs. Repoussé sans ménagements, bafoué depuis tant de séculies celui-ci, la tête piquée de mille étoiles et coiffé de la lune, les sens perdus dans un nord déglacé, un sud oxydé de ses larmes amères, ne sait plus l'orient ne sait plus l'occident, et dirige son souffle d'irrépressible chagrin - erreur plus qu'humaine car direction connue seule des venteux fous d'amour -, du haut vers le bas, frappant de stupeur des points cardinaux délaissés.

Et, par la pression sans retenue d'un fluide au sens erroné, Éole compresse, écrase et dévaste partout la terre à son insu, aveuglé de courroux par le refus persistant de la trop jolie Ventoline.

 

 

JCP 09 2015 Pour Les Impromptus Littéraires (sujet : l'erreur)

Posté par J Claude à 11:21 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
12 septembre 2015

Maudite parure

3Fcopie

 

Maudite parure

 

1

                                          Tout au fond de la vaste remise au sol de terre battue, une moue à la lèvre, l'antiquaire évaluait le mobilier qu'il venait d'acquérir pour un coup de chapeau, meubles misérables pour la plupart, d'où se détachait pourtant la commode aux poignées argentées, sans style, mais qui avait motivé son obole à des héritiers ignoblement pressés.

Il en retira les deux tiroirs supérieurs alors que celui du bas, demeurant bloqué, montrait par les ouvertures un empilage de vieux linge jauni, qu'il extirpa pour découvrir trois banals portraits de femmes montés en sous-verre, les deux premiers notablement anciens, le troisième plutôt récent. Il les déposa verticalement sur le dessus de la commode, adossés au mur, les observa un moment et s'en fut porter la brassée de sous-vêtements féminins - dont le contact soyeux l'émut un moment et ralentit son pas - au container des déchets du fond de la pièce.

 

 

2

A peine l'homme en eut-il laissé retomber le grand couvercle, qu'il crut discerner des chuchotements paraissant venir de l'autre bout de la remise déserte.

Suspectant des indésirables à cette heure tardive, voire des cambrioleurs, celui-ci s'avança de quelques pas silencieux pour se dissimuler derrière une armoire. On ne voyait rien ni personne mais on pouvait entendre, tout à fait distinctement maintenant, les voix de plusieurs femmes en grande conversation sur la mode, la parure et la beauté, alors que la source de ces voix semblait se confondre avec la nouvelle commode - auprès de laquelle on ne constatait aucune présence...

Peu porté sur les croyances et les voix tombées du ciel, l'antiquaire s'approcha sans bruit du meuble où trônaient les trois portraits, et ce qu'il entendit fit chanceler ses incrédulités comme ses jambes :

- Pour moi, amies très chères, déclarait la voix jaillie du premier portrait sans doute plus que séculaire, tout est dans le chapeau - où l'artiste amoncelle pour nous mille mignardises -, et que l'on élève en miroir aux alouettes, que dis-je, en phare rayonnant sur l'océan des hommes, phare qui retourne autant la jalousie des rivales que l'œil échauffé du galant : rien ne vaut croyez-moi le chapeau, qui flatte notre image à l'esprit masculin - si facile à tromper comme vous le savez.

Et, il me faut le dire, mariée contre mon gré à un gros imbécile rougeaud bien que fortuné, je ne dénombre plus les hommages rendus à mes chapeaux, prétexte pour en faire sans tarder de plus intimes à ma propre personne.

Je tire voyez-vous mes amants - pour ainsi dire - du chapeau.

Le chapeau c'est épatant ! 

- Ho la mémé, fit la seconde, blonde vaporeuse hollywoodienne, un chapeau, douze jupons enfilés l'un sur l'autre et ta triste chemise boutonnée ras du cou, c'est les cagots que tu vas piéger - et encore si ces tartuffes-là s'en vont pas après la messe retrouver quelque danseuse incognito !

Tu te goures, le gugus, qu'est-ce qu'y veut ? - De la blonde à cheveux longs, de la cuisse résillée, un bon petit joufflu à la fesse et du mammaire en expo ; tout ça noyé au patchouli. Je vais te dire, t'y connais que dalle aux mecs, y a pas de sexe au chapeau, ça se saurait ; ouais ! 

- Ben... fit la troisième, brunette effrontée dégraissée jusqu'à l'os aux régimes minceur, moi, j'ai pas de recette comme vous, là... avec les hommes je reste nature : pantalon de cuir noir bien moulant (ça les rend fous, ça), bustier juste assez décolleté pour pas faire pute, cheveu ni trop long ni trop blond, coiffure soignée mais décontract', le bijou sobre, un peu de trompe-couillon aux yeux - c'est tout !

Et pour moi, ça marche tout à fait bien, je les secoue un peu de la parole et du geste, ils aiment ça je vous le dis, pas besoin d'artifices - si, d'accord, un parfum plutôt classe mais discret - moi c'est Chanel - voilà tout.

 

  

3

Soufflé par le prodige, Édouard l'antiquaire voulut s'approcher, mais le seul bruit de ses pas mit fin à l'incroyable entretien : il n'était pas vu, mais on l'entendait.

Il avait tout capté sans perdre un mot, et avait même cru voir bouger tour à tour les lèvres de carton glacé sur chacun des trois portraits. Quel était ce prodige ? cela laissait rêveur... allait-il à terme, en se faisant discret, apprendre tous les secrets de la femme ?...

Le monde vertigineux d'un savoir neuf - et tellement précieux ! - s'ouvrait à lui.

Ce fut un tonitruant : "- A ce soir chéri, ne m'attends pas pour te coucher !" qui le tira de ses spéculations.

Comme tous les jeudis, Henriette rejoignait ses amies pour une soirée "Entre femmes" qui lui laissait, il faut le dire, l'opportunité d'aller "Refaire le monde devant quelques bières" avec ses propres amis au très chaleureux pub "Le Dublin" du centre ville.

  

4

Mais ce soir, bizarrement, ce n'était pas tout à fait la même Henriette qui s'éloignait en faisant tinter à la main les clés de son auto :

Visiblement jaillie du coiffeur avec une teinture blonde-platine inusitée celle-ci, pour la première fois, portait un superbe chapeau rouge à faveurs noires retombantes - qu'elle avait dû sans doute lui cacher. Sa tenue se complétait d'un tout nouveau bustier décolleté à provoquer l'émeute, d'un pantalon de cuir noir moulant fesse et jambe dans un galbe jamais vu de lui, et, alors qu'elle s'éloignait dans le nuage d'un parfum capiteux qu'Édouard ne reconnaissait pas, son visage, complètement transfiguré, était outrancièrement maquillé !...

 

 

JCP 09 2015 Pour Les Impromptus Littéraires (trois portraits de femme)

 

Posté par J Claude à 11:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]