15 décembre 2020

Patti Smith : "Just kids"

48293_1_mcomp300

 

Patti Smith : "Just kids"

 

            Si vous n’êtes ni punk ni rock, ni poésie ni photo d’art, peinture dessin ou compositions artistiques, ou si même vous lisez peu ou n’écoutez pas de musique, peut-être alors, malgré ces restrictions (que vous n’avez pas toutes !), devriez-vous lire cet ouvrage de Patti Smith, « Just kids » - même si vous n’avez jamais entendu parler d’elle.

Née à Chicago en 1946, Patti Smith se fit connaître chez nous comme chanteuse rock-punk, un mouvement qu’elle a, associée à d’autres, initié en tant que femme (Nina Hagen vint après elle). L’album 33 tours (on disait aussi microsillon mais jamais « vinyle ») « Horses » (1975) rencontra un succès notable de ce côté de l’Atlantique (bien que je le trouve inécoutable, cette musique exige tant d’indulgence dans ses approximations délibérées pour satisfaire à l’attitude marginale et provocatrice affichée qu’il est bien difficile, même par protection affective, de l’apprécier comme telle.)

Garçon manqué très peu soigneuse de sa personne, gamine elle se disait général de son quartier, dirigeant jeux et loisirs des enfants de son âge d’une main de fer… avant de se lancer seule à la conquête - rien de moins - de New York, au risque d’y éprouver l’échec et la misère, ce qui ne manqua pas d’arriver les premiers temps. (Elle naquit dans un milieu modeste).

Patti, qui est aussi bonne écrivaine, peintre et dessinatrice, s’est beaucoup intéressée à la poésie, et, grande admiratrice de Rimbaud et de Walt Whitman, elle en a écrit toute sa vie. Avec comme lieu inspirant préféré la table de bistrot. (Comme l’auteur de ces lignes - la comparaison s’arrêtant là).

Ayant vécu, comme beaucoup d’artistes, cinéastes, musiciens, peintres et écrivains d’alors (la liste est interminable et les noms connus), au mythique Chelsea hôtel de New York (inscrit aujourd’hui au « National Register of Historic Places ») avec Robert Mapplethorpe, artiste et photographe underground, c’est dans ce creuset de l’art qu’elle a développé ses multiples talents, au gré des influences rencontrées. Avec comme cadre les bas-fonds de New York, y côtoyant le milieu des junkies, des homosexuels et des prostitués des deux sexes, comme de personnes influentes ou peu respectables - voire dangereuses.

C’est dans ce cadre que « Just kids », écrit en 2010, témoigne de sa jeunesse et de ses débuts dans l’affiche, la peinture, le dessin, la photographie, la musique, le chant, la composition musicale, la poésie, l’écriture. Elle nous dit ses combats, ses peines, ses joies, en compagnie des hommes qui vécurent avec elle et près d’elle, qui la soutinrent et la stimulèrent dans son parcours.

On le voit, 2010, Patti s’est mise « sur le tard » à écrire le roman de sa vie (notant de longue date les évènements significatifs traversés, elle disposait de volumineux cahiers).

Il ne sera donné ici ni résumé notable ni critique de cet ouvrage, quantité de sites littéraires le font. Cette petite merveille (où tout n’est pas merveilleux !) vous sera laissée vierge de tout dire ; ne gâchons pas le plaisir de lire cette vertigineuse plongée dans les abysses du milieu underground du New York des années 1960-70. Haut lieu de la création artistique mondiale, que traversèrent une myriade d’étoiles - filantes ou non -, aujourd’hui respectées. Et dont les noms sont gravés sur des plaques commémoratives à l’entrée du Chelsea Hôtel.

Cet ouvrage a été primé - et le mérite, tant il représente un des plus précieux témoignages du passé artistique récent des États-Unis - et par extension du monde civilisé, où tout n’était pas si mal, même si ça n’était pas parfait.

 

◄►

 

Rêve d'une vie entière et de nombreuses fois visitée, Patti Smith a pu enfin acquérir la maison d'Arthur Rimbaud, pour lequel elle affichait une authentique vénération, maison où il écrivit notamment Le bateau ivre et Les illuminations, en 2016, la sauvant d'une lente agonie. À la grande satisfaction des gestionnaires du musée Rimbaud de Charleville-Mézières, heureux d'avoir trouvé en elle une protectrice passionnée, par ailleurs déjà marraine du musée.

Patti-Smith-Arthur-R300ie

 

JCP, 31/12/2020

71gdsDej9bLcomp300

 

 

R-753649-1421612128-3659 127178891comp300

Deux de ses albums musicaux

 

 

robert1529 copie

Avec Robert Mapplethorpe, et lors d'une entrevue avec Lou Doillon à l'occasion de la réédition de "Just kids" avec les dessins de Lou.

JCP, 31/12/2020

Posté par J Claude à 07:50 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 décembre 2020

Percevoir (Quatrains, 1215)

 

 

Percevoir

                                                    À François Cheng

 
 

Les lèvres se sont tues sans dire la beauté,

Et paraît le néant où jaillit du silence

L’inconscient révélé, creuset des perceptions

Où le beau donne sens aux peines de la vie.

 

 

JCP 07/2020

Posté par J Claude à 10:37 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 décembre 2020

Cris annonciateurs (1011)

 

 

 

Cris annonciateurs

 

       Au roucoulement aigu qui se perd dans la vallée, chant de métal déchiré d’où s’exhale encore une onde fugitive, se lit l’indice du haut prix de relations perdues, où plane encore la trace d’un remords de faveur.

       Les eaux se précipitent et seul l’arbre juché survit, alors que voient le jour des limons millénaires déversés dans les fleuves.

        Les sommets ont tremblé sous les ouragans de glace et le soleil, qui persiste au cours lent de sa vie, émousse ses rayons aux tranchants de cristal d’un sommeil chimérique.

        Aux vastes champs éblouis se tisse en fils éclatants une prodigieuse lumière, où ne se perçoit plus qu’amas d’étincelles. Et la journée s’achève sur cette impression d’une perpétuelle renaissance où l’œil - vision fugitive ou rêverie singulière - croit percevoir les dissemblables incidents de la vie en marche.

 

 

 

JCP 03/2019 – 10/2020

Posté par J Claude à 23:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Grain de vie (Quatrains, 1286)

 

 

Grain de vie

 

 

                                                          Aux arbres

 

Les petits pieds de l’eau ont quitté le ruisseau,

Et d’un orteil agile ont soulevé la graine,

Qu’ils emportent rieurs sur le flot qui voyage,

Perpétuant la forêt vers un lointain ailleurs.

 

 

 

11/2020

Posté par J Claude à 00:36 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 décembre 2020

Le grand peintre (Quatrains, 1290)

 

 

 

Le grand peintre

 

Le vent plein de malice a poussé les pions blancs

Sur l’échiquier du ciel, ternissant les couleurs

Que peignait le soleil. Mais tout nuage passe,

Et le soleil patient reprendra son tableau.

 

 

 

11/2020

Posté par J Claude à 00:20 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

11 décembre 2020

L'enfant-chat (1291)

 

 

 

L’enfant-chat

 

Il goûte à la sève des herbes,

Ausculte les insectes,

Étudie le vol des oiseaux

Et perce le mystère des pluies,

Galope avec le vent,

Lacère et tue la feuille déjà morte,

Escalade les arbres

Et fait chuter les fruits,

Épointe le lézard,

Martyrise le campagnol

Et fuit le crapaud,

Secoue avec horreur

La patte souillée d’eau !

 

- L’enfant-chat.

 

 

IMG_4811 c680opie

"Cachou", 7 mois

 JCP, 12/2020

Posté par J Claude à 10:38 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 décembre 2020

Aux "Pêcheurs de Sable" (1070)

 

IMG_3872 copiecomp

                                                                                    Buvette-restaurant-guinguette saisonnière du port de la Daurade, Toulouse

 

Aux « Pêcheurs de Sable »

                               À quatre sympathiques inconnues

 

Tranquillement assis tout en bout de travée,

Cahier crayon en main et d’humeur concentrée,

Il composait des vers, ce jour-là fort mauvais.

- À ce jeu mal aimé personne n’est parfait.

 

Perdu dans la pensée, il sent soudain vibrer

Le sol autour de lui, banc et table bouger :

Paraissaient quatre femmes, et le plus délectable

Fut qu’elles le priaient de partager sa table.

 

La surprise passée, il se montra courtois,

Pour elles se levant du petit banc de bois.

De l’âge un peu lassé jusqu’au joyeux délire,

Sur les quatre minois il se pouvait tout lire…

 

Réunies dans la joie par l’avion par le train,

De bière en jus de fruit il sut tout* de ces femmes,

Mais vit, brûlant pour lui, un regard tout de flamme

- Au moment du départ : le Temps est assassin.

 

Des deux regards croisés par-dessus cette table,

L’un à l’autre attachés, seuls au monde un moment,

- Qui dans une autre vie auraient pu être amants -,

Il voulut mettre en vers la rencontre improbable.

 

* Pour ma part j’en doute un peu. Ainsi sont les poètes…

 

JCP 09 2019. Aux quatre inconnues des « Pêcheurs de Sable », quatre sœurs réunies là - d’humeur sympathique, joyeuse et vagabonde (rencontrées le 13 septembre par un ami portant nom Jyssépé).

 

IMG_3870 copiecomp

 

 

Un siècle plus tôt, même lieu : pêcheurs de sable, bains et blanchisseries

TOULOUSE___Types_Toulousains_-_les_p_cheurs_de_sable_sur_la_Garonne_-_bon__tat___un_petit_pli_d_angl copiecompress

 

 

 

teaserbox_2459666391 copiecompress

 

 

 

tmp753245520046063616 copiecompress

 

Posté par J Claude à 11:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 décembre 2020

BIC FOR EVER*

                    Cet article, daté du 29 Août 2019, où était dénoncée la disparition impromptue de l'orifice vital d'un objet qu'on ne présente plus, retrouve soudain une actualité brûlante :

Le trou que l'on croyait perdu est revenu !

 

* Bic pour toujours

 

Août 2019 : ancien et nouveau modèle accolés - les mots sont inutiles...

IMG_3910 copiecomp

 

IMG_3909 copiecomp

 

Bic                          

 

                                                          

Tout n’est pas vu, tout n’est pas su,

                                                                          On nous en cache !

Constatation minuscule

au prolongement majeur où se lit la crainte :

Familier au poète où trop souvent sa muse sommeille,

frêle cylindre de cristal dont la facette marque à jamais un doigt

qui l’expose aux huées*,

le Bic a vu, savez-vous, son orifice - utile au passage des airs

pour une course harmonieuse de l’encre au papier -

                                                                                     Disparaître !

 

Trop respirés, tellement souillés,

les airs, les pauvres airs seraient-ils courroucés,

et fuiraient-ils bientôt la surface de la terre

                Qu’il ne soit déjà plus nécessaire de compter avec eux ?

 

À son encre au débit étranglé,

                 S’il devait vivre encore, le poète trouvera-t-il ses mots ?

 

 

 * Baudelaire lui-même fut exposé aux poétophobes.

 

◄►

                                                                     

10/2020 : Constructeur pris de remords ou plaintes pour fuites on ne sait, l'orifice équilibrateur des pressions est revenu, comme vous pourrez déjà le noter chez votre fournisseur habituel.

Il ne serait guère étonnant que nous ayons échappé à un vaste complot à échelle mondiale...

IMG_4823 c680opie

La macrophoto révèle même de mystérieuses inscriptions gravées, non pas sur le corps du stylo, mais sur le tube interne contenant le précieux liquide - et la multitude des mots non écrits qui aimeraient tant l'être...

 

►◄

Jyssépé, 08/2019 - 12/2020

Posté par J Claude à 17:58 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
01 décembre 2020

La mort du poète (1291)

 

 

 

La mort du poète

 

Seule au milieu du lac, la barque de Li Po

Oscille encore un peu. Et, dans la nuit paisible,

On entend les sanglots de la Lune pleurant

Son ami disparu, qui posa un baiser

Sur son reflet dans l’eau - mirage du saké* -,

Et voulut enlacer son amie de toujours.

 

 

 

JCP, 11/2020

* saké : nom générique désignant toute boisson alcoolisée en Chine et au Japon.

                        Li Po (701-762, ère des T’ang) est un des poètes de l’ancienne Chine les plus connus en Occident. Cherchant, comme nombre de ses confrères, l’inspiration dans l’ivresse au clair de lune, la légende veut qu’il ait disparu de cette façon prestigieuse.

121710046 copie

Li Po

Posté par J Claude à 12:39 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 novembre 2020

Sous-bois (Quatrains, 1274)

 

 

Sous-bois

 

Les flèches décochées de longs rayons solaires

Ont percé le feuillage, et le ciel de sa plume

Avide de lumière écrit un long poème,

Fait des mots du silence à l’encre des étoiles.

 

 

JCP, 11/2020 (im.JCP)

IMG_4587 168copieCOMP

Posté par J Claude à 06:47 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,