17 novembre 2013

La Création

  Im. x aimages

                   "L'Univers est infiniment vaste

                 -  sauf peut-être dans les coins."

 

                                        Hubert Lesélène

Posté par J Claude à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2013

Sur la pelouse

 titre_1_copie

  Tout de douleur tordu, la face contre terre,

  un œil sur l'arbitre qui ne siffle pas,

  souffrance et rictus soudain s'effacent :

  Magie du ballon rond.

 

JCP, 16 11 13  (Suite à certaine défaite française)

Posté par J Claude à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2013

533 Putain d'ordinateur de bord

Im. x

 DSC00059_copie 

 

Excrémentale sécurité     

 

Sur des sons suraigus il dansait au volant ;

De la musique, non, le rythme était binaire ;

Il oscillait du front, frappant d'un rythme lent

Sur son tableau de bord où volait la poussière.

 

On l'entendait hurler, jurer vociférer :

"- Sus au foutu progrès !". Voilà bien un quart d'heure

Que sonnait sans cesser le triste ordinateur,

L'enjoignant au volant à bien se ceinturer.

 

Il frappa tant et tant, qu'un poing mieux ajusté

Atteignit le cerveau d'électronique folle,

Qu'alors il acheva d'un large coup de grolle,

Et du silence retrouvé - il eut sé-ré-ni-té !

 

JCP  09 01 13

 L'avenir étant, à ce qu'on dit, lié au futur, le tableau de bord de demain se logera dans des autos si complexes que nul ne saura les conduire.

Posté par J Claude à 18:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 novembre 2013

Haïku : 333 ...

                           Im. x                          

 dieu_2_copie

 

Dieu c'est attristant

ne peut aller à confesse

en cas de péché

 

JCP

Posté par J Claude à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2013

La Mésange et la Colombe

IM.x

absenfe_copie

 

 

535  La mésange et la colombe

 

- Vous me cèderez bien de ces grains que voici,

Fit dame mésange saluant son amie ;

Pour nous autres petits l'hiver est saison rude,

Et revoir le printemps est pauvre certitude.

 

- Alors que vous colombes, prospérez dans la paix,

Nous devons nous charger mieux que des porte-faix ;

Car dès les grands servis, il ne nous reste guère :

Voyez-vous, ces trois grains me seraient salutaires.

 

C'est gros à voler mal que l'oiseau roucouleur

Sur la mésange bleue pointa son bec vengeur :

- Ne vous avisez point de toucher à ces graines,

Vous le regretteriez, lui fit-il plein de haine.

 

Or il vint de grands froids, et lors grande disette ;

Ni grain ni moucheron, plus de panse replète.

Tombant d'une charrette, un sac de tournesol

Se vit crevé d'un trou grand comme un demi- sol.

 

Dame mésange accourt et fait son déjeuner,

Pénètre dans le sac comme on fait son marché.

- Vous me donnerez bien de ce grain que voilà,

Fit dame colombe, - je ne puis entrer là.

 

La mésange dit-on en demeura muette,

Et d'une aile assurée poursuivit ses emplettes.

 

JCP 19 01 13

Posté par J Claude à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 octobre 2013

Tanka : 0388...

                          Im. JCP

 MOTS_PERDUS

 

 

Où vont les mots

pauvres mots non écoutés

que le vent emporte

 

Est-il une sépulture

au moins des plus jolis

 

JCP

Posté par J Claude à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 octobre 2013

Sauts de glose non grenue (chap. 3 : L'Ortifase)

Im. JCP (Cab. Eliet)

 IMG_3483_ie_copie

 

 Nouvelle publication, agrémentée de sa traduction en langue purement française 

 

L'ortifase* des montagnes 

* L'orthographe "hortifase" des ouvrages anciens n'est plus de pendule.

 

Nister, toujours nister, la progression était orsoufflante dans cette laste forêt de tyrsses aux troncs superbes, plus vieux tous que cent pendules.

La roche que bellissait la mouste, la rule de tyrsse crassant sous le pied, les radions dorés qu'ils foulaient sans que Soleil le sut, c'était bien la plus horcilleuse des nistorées.

 

Ils targirent encore deux longues aiguilles lorsque, furtissant sur un vertiplat tout beau de blanc, ils oculèrent enfin le sommet.

Morcés pourtant de raste fatigue, la vue superbe les reforlita.

Ils orflèrent, ils gloutirent, certains urirent sur la neige des grafes dorés.

 

C'est alors qu'il œillirent la terrible crature, furtive au roc tout de panture : un ortifase, de ceux de la race à huit pieds, les orlitait de tous ses yeux nombreux.

 

Couragés mais tors de peur, c'est cortant d'image numère à transer dans les hourtières qu'on pixella la bête, avant de s'enhourter à lastes enjambées !

 

C'est orflés de morlasse et la tête commensionnée, qu'ils purent refuger dans la hourte de pierre*, et fermer fort la boise.

 

Le terrible ortifase avait suivi, qui hartait patiemment la boise épaisse de ses trois pieds foreurs.

Boise cassue, le monstre pénétra mais ne morta d'humain : seules il emporta les boites à numère, et coursit vif, ourgissant loin des cris terribles.

 

Postdit :

Du pixel dérobé, de l'ortifase des monts n'aurez d'image.

Mémoire aux cérèbres humains : effacée par la bête à l'éclair bleu.

 

C'est bien attristant.

 

JCP 15 01 13

 

 

 

A la demande de certains lecteurs :

 

 

L'ortifase* des montagnes (version française). 

* L'orthographe "hortifase" des ouvrages anciens n'est plus d'actualité.

 

Marcher, toujours marcher, la progression était essoufflante dans cette vaste forêt de hêtres aux troncs superbes, plus vieux tous que cent ans.

La roche qu'embellissait la mousse, la feuille de hêtre craquant sous le pied, les rayons dorés qu'ils foulaient sans que Soleil le sut, c'était bien la plus merveilleuse des randonnées.

 

Ils grimpèrent encore deux longues heures lorsque, surgissant sur un replat tout enneigé, ils aperçurent enfin le sommet.

Écrasés pourtant de lourde fatigue, la vue superbe les revigora.

Ils soufflèrent, se nourrirent, certains urinèrent sur la neige des dessins dorés.

 

C'est alors qu'ils aperçurent la terrible créature, furtive sous la falaise : un ortifase, de ceux de la race à huit pieds, les observait de tous ses yeux nombreux.

 

Pleins de courage mais morts de peur, c'est pourtant d'image numérique à trembler dans les chaumières qu'ils pixellisèrent la bête, avant de s'échapper à grandes enjambées !

 

Alors, épuisés, morts de peur et l'esprit affolé, ils purent se réfugier dans la cabane de pierre, et bien fermer la porte.

 

Le terrible ortifase avait suivi, qui perforait patiemment la porte épaisse de ses trois pieds foreurs.

Porte brisée, le monstre pénétra mais ne tua d'humain : seuls il emporta les appareils photo numériques, et courut vivement, hurlant au loin de cris terribles.

 

Épilogue :

Par la photo dérobée, de l'ortifase des monts n'aurez d'image.

Mémoire aux cerveaux humains : effacée par la bête à l'éclair bleu.

 

C'est bien attristant.

 

_________________________________________

 

 

Posté par J Claude à 16:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 octobre 2013

Sauts de glose non grenue (chap. 2)

Im. JCP (Oléron)

 olIMG_0146_copie_copie

 

Hortensade sur la grève

Sur le garte mouillé, qu’inondait la surcède des bleus fondus s'écoulant du cortun, se déposait une écume déçartie qu'orlitait le vent doux, alors que la tornerase, lentement, se retirait à l’horizon où turgissait encore le vaste hortiflame.

Et l'on aurait cru, sous la tourse où résonnaient doucement les ourleurs océanes, que le cortun tout entier, étarssi pour un moment, étendait une grâce infinie sous les pas de l'hortenseur solitaire.

C'était très beau (sans déconner).

JCP 14 01 13

Posté par J Claude à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2013

Sauts de glose non grenue (chap. 1)

IMG_0146_copie_copie 

 

1 - Les Hortifases et leurs fâcheux protisses

                                     

                                             C'est lorsque survient le torgissement qu'il faut, à point nommé, bronter la supilote, car, une fois le torcile orlistonné, il n'est plus temps d'agir : on aura laissé au moldoriste tout le temps de se développer* - au fil de l'orsithaque.

Certains diront : - il fallait la fissorter bien avant que ne survienne la curtossile !

Ils ont raison.

Mais il était déjà trop tard pour stopper l'hortaciflute, qui, comme on l'a trop vu, finit par boutorciller les antharoses.

Certes, on aurait dû solliciter Poutard Morcile ; hélas, celui-ci n'aurait pu réunir l'ortipage, et lancer à temps les opérations de varouste, car il regardait la télé.

Le processus est hélas en route, et rien ne pourra plus arrêter les Hortifases, à moins que les Furtinhols n'acceptent le torliné - sous la murule des Nations-Unies - ce qui serait, il faut le dire, tout à fait inespéré.

- Nous sommes bien malheureux, tiens ...

 

- Les Furtinhols accepteront-ils le fameux torliné, et parviendront-ils  à stopper les Hortifases ?

Vous le saurez dès le prochain épisode...

(Entre nous soit-dit, les chances sont minces).

 

JCP 13 01 13

Posté par J Claude à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le serpent

 coloriage_20serpent_copie 

Lové au soleil qui chauffe sa peau, le serpent est heureux - et se moque bien de n'avoir pas de pattes :

Pourquoi désirer sans cesse ce que nous n'avons pas...

JCP

Posté par J Claude à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]