29 juillet 2020

Place de la Bourse (1064)

 Bourse 450 14_2 copie

                                                                                Image : X

 

Place de la Bourse

                                                                     À Michel Houellebecq

 

La haute cheminée vient de couler son ombre

Sur le balcon fleuri, et ne subsiste plus

Qu’un éclair étoilé luttant dans la pénombre.

Ô temps sois mon ami, libère ton reclus !

 

Atlantide à l’amarre en l’océan de pierre,

Une île existe là, que la foule célèbre

Aux saveurs dégustées d’un heureux temps perdu,

Succulentes lenteurs de longtemps attendues.

Et l’hôte de mon corps, où viennent de s’éteindre

Parole et mouvement, y savoure la paix.

 

Mais, gâcheur sans pareil, le temps qui reparaît

Pousse la cheminée, qui couvre de son ombre

La fenêtre et le toit - et me pousse à rentrer.

 

Ô fondre dès demain temps neuf et temps passé,

Retrouver les saveurs de l’île au bord du temps

Que la cheminée fige et puis qu’elle reprend !

 

 

JCP 09/2019 - 07/2020. Fin d’après-midi à « L’Alimentation », place de la Bourse à Toulouse. Regrets de n’y pouvoir retourner en 2020.

 

 ►◄

Comme de nombreux lieux de Toulouse, la place de la Bourse jouit aujourd'hui d'un important regain d'activité. (Ce qui n'est pas du goût de tous les résidents, privés de calme nocturne les fins de semaine...) Image 2019.

Bourse 2 450 copie

  Image : X,

Posté par J Claude à 17:32 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 juillet 2020

Insomnie (Quatrains, 1222)

maxr300fault copie

 

 

Insomnie

                    

Il range un à un ses rayons dans sa boîte

Et ferme ses grands yeux, mais ne peut s’endormir :

Il dort tant de lumière au creux de sa paupière,

Que jamais le soleil ne connaît le sommeil.

 

 

JCP 07/2020

Posté par J Claude à 10:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juillet 2020

La plume et le poète (1219)

 crayon-300 06271 copie

 

 

 

La plume et le poète

                    

Le papier silencieux qui assourdit le dire

A frappé ses écrits, et le mal qui empire

Assombrit le poète. Les anciennes clameurs

N’emplissent plus son âme, et son génie se meurt.

 

Les mots fleuris les mots guerriers se sont enfuis,

Et sa plume asséchée a retrouvé l’ennui

Des journées sans écrits. Elle pense à la joie

Qu’elle connut naguère, au vol des grandes oies.

 

Et la plume soudain se lance et écrit seule,

En longues larmes d’encre elle écrit son chagrin,

Comment du grand oiseau elle tomba de l’aile,

Pour finir tristement à griffonner quatrains.

 

Éveillé par le cri de la plume au papier,

Le poète copia le poème tout fait

Et l’offrit plein d’espoir à celle qu’il aimait,

Qui en fut tant émue qu’ils furent se marier.

 

 

JCP 07/2020

Posté par J Claude à 16:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
15 juillet 2020

Porte de sortie (1216)

Sanser500g titre-1 copie

 

 

Porte de sortie

 

Ingénieux accessoire, il avait avec lui

Une porte de poche et l’empruntait parfois,

Saluant et quittant toute part de sa vie

Qui pouvait lui déplaire, et il disparaissait.

 

Ayant su le prodige et pleine de courroux,

Voulant lui faire voir que toute vie s’achève

À son propre vouloir, la faux déjà levée,

La Mort vint le trouver - mais il était sorti.

 

 

JCP 07/2020

Posté par J Claude à 15:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 juillet 2020

Navire abandonné (1214)

Sans syrtysjrtyjrrhtytitre-1 copie

 

 

Navire abandonné

 

 

Elle sent le goudron la barque sur le sable,

Et sa coque trouée laisse passer les herbes.

Mais l’eau n’y entre pas si l’on ferme les yeux,

Et c’est dans un ciel bleu tout hérissé de rames

Que l’ombre des pirates et du pavillon noir

Se mêle aux cris d’enfants d’un heureux autrefois*.

 

 

* Sans tablette ni smartphone les pirates existent.

 

JCP 07/2020

Posté par J Claude à 17:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

12 juillet 2020

La Terre parle (1161)

 

unnamed 250-1copie

 

 

 

La Terre parle

 

- Ô vous êtres humains,

Ravalez vos scrupules ;

Savonnette à ma peau,

Hygiène de mon corps

Lavé de vos folies

En juste cent-mille ans -

Et bientôt de vous-mêmes,

Infâme moisissure,

Libérée sans retour

Pour une ère nouvelle :

J'aime le nucléaire !

 

 

 

unnamed 350 2 copie

 

JCP 02-07/2020

Posté par J Claude à 07:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 juillet 2020

Fuir (Quatrains, 1068)

 Une-impression350copie

 

 

 

Fuir

 

C’est au troisième jour de sa nouvelle vie

Qu’il sut qu’il n’est d’enfer qu’on ne porte avec soi,

Et qu’il demeure en nous en quelque lieu qui soit :

Qui court au bout du monde emporte ses folies.

 

 

 

JCP, un 22 Septembre

Posté par J Claude à 10:34 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
08 juillet 2020

Citation : Achille Talon

Foin pour un temps des Proust et des Schopenhauer, des Giono comme des Baudelaire, la tirade talonesque de GREG vaut bien son pesant d'arachides, et la chute de celle-ci est à inscrire au patrimoine de la BD !

 

IMG_20200708_0001 680 copie

GREG, Ach!lle Talon et le quadrumane optimiste, page 10, éditions DARGAUD

achilletaloncouv15

07 juillet 2020

Peinture vivante (1210)

Jean-250L_Angelus copie

 

 

 

Peinture vivante

 

                                                   À Jules Supervielle

 

Il n’y avait personne en la cuisine vide.

Seul un peu de fumée s’élevait du fourneau,

Et de riches senteurs trahissaient une soupe,

Cuisant à petit feu dans la marmite brune.

 

On ressentait pourtant une présence proche,

Vibration impatiente au-dessus de la table,

Où le couvert dressé attendait les convives.

Mais il ne paraissait toujours rien ni personne.

 

Soudain contre le mur, sur la toile noircie

Accrochée à un clou, quelque chose a bougé :

Le couple qui priait a laissé l’angélus,

Et fixe la marmite, assis au bord du cadre.

 

 

JCP 07/07/2020

Posté par J Claude à 09:31 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 juillet 2020

Kagoshima Midori (1209)

sencha-sae-midori- 300 copie

 

 

 

Kagoshima Midori

 

Du grand sac de désirs si longtemps refermé,

Les projets les plus fous tentent de s’échapper ;

Ceux qu’un imaginaire, écrasé par la crainte

Et jeté dans le trouble, avait mis hors d’atteinte :

 

Passer outre le vent et fouler les déserts

En se laissant griser par la douceur des airs,

Sans fatigue ni soif voir des îles nouvelles

Émerger au lointain de mers calmes et belles ;

 

Cueillir l’étrange fleur qui croît au creux des vagues

Et fleurit éphémère en écume d’argent,

Pétales transparents que disperse le vent

Sur la grève mouillée où les oiseaux divaguent ;

 

Sans connaître le froid pieds-nus sur la banquise,

Et plonger dans la lave - ô sensation exquise !,

En Icare accompli dépasser le soleil,

Et de l’espace entier contempler les merveilles !

 

Mais la passe aux envies connaît des turbulences

Où la vague soudain engloutit les démences,

Et l’aube de ce jour n’est que banalité :

Il monte une fumée de ma tasse de thé*.

 

 

* Du Kagoshima Midori tout de même.

 

 JCP 07/2020

Posté par J Claude à 09:32 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :