VOUS ÊTES PRESSÉ (PRESSÉE) :

- 1 Sinapisme de Lenteur matin et soir (appliquer sur tout le corps).

- 1 Cuillérée à soupe de Rien-Faire-Attentionné le matin (renouveler le soir si nécessaire).

Essayer le traitement gratuitement et sans engagement : voir plus bas.

 

◄►

 

M anigif

 

 

0000 S-fr_FR copie

 

◄►

 

- Dans un lieu calme et peu éclairé, asseyez-vous en position stable et détendue sur une chaise à l’assise ferme* :

               - Dos droit

               - Menton légèrement rentré

               - Mains à plat sur les cuisses

               - Yeux fermés

 

- Laissez votre respiration s’apaiser d’elle-même. Rien ne presse. Vous êtes arrivé(e).

 

- Observez attentivement votre respiration sur ses quatre temps :

Inspiration / transition / expiration / transition.

 

- Fixez toute votre attention sur les sensations de l’air qui circule à l’intérieur de votre nez.

Tout en comptant mentalement de 1 à 10 sur chaque expiration :

     Inspiration / 1

     Inspiration / 2

     Inspiration / 3

     Etc…

 

- Vous n’êtes pas parvenu(e) jusqu’à 10 :

Une, ou plusieurs pensées se sont emparées de votre mental contre votre volonté, interrompant votre décompte et votre concentration.

Curieusement, ces pensées concernent passé et futur, domaines de l’inexistant et de l’improbable, jamais le présent. Sont-elles toutes utiles ?

Reprenez alors à 1 et poursuivez. Rien ne presse. Vous êtes arrivé(e). Souriez.

 

- Au terme de plusieurs tentatives, vous êtes parvenu(e) à 10 (ou même à 8), sans que le flux des pensées ait pu vous déconcentrer : c’est une grande victoire sur vous-même !

(César lui-même, connaisseur en victoires, déclarait que ces victoires-là sont les plus difficiles).

Pratiquez assidûment cet exercice au moins vingt minutes au quotidien, et vous connaîtrez, mental progressivement apaisé, le bonheur de la méditation dans le non-penser. Bonheur qui s'insinuera progressivement dans votre vie de tous les jours si vous persistiez à pratiquer cet exercice simple.

Vous pourrez alors ajouter ce demi-sourire, à maintenir le plus longtemps possible, à votre pratique (le sourire du Bouddha). Et vous n'utiliserez le comptage de 1 à 10 que lorsqu'il vous deviendra nécessaire.

 

Et peut-être deviendrez-vous bientôt un pressé, ou une pressée serein(e).

       

* En position du lotus ou assis tailleur sur un coussin si vous en êtes capable.

 

 ◄►

 

                             Contrairement à ce que laisse supposer cet article, qui se veut simplement vulgarisateur, il est vital de ne rien attendre de la méditation car, à la manière de la pensée que l'on ne peut réprimer, mais qui s'efface en l'observant, vouloir pratiquer la méditation dans un but affirmé ne peut qu'en limiter les effets attendus, voire les détruire à terme.

Méditer dans cet esprit n'est pas méditer - c'est pourtant ce qui se pratique sous la houlette de certaines personnes, parfois de très bonne foi et même avec certains résultats, dans d'autres cas à des fins simplement mercantiles.

La méditation n'a aucun but. Sa pratique dans un esprit de profit quelconque la dénature, et ce que l'on appelle "développement personnel", terme qu'on ne s'étonnera pas d'avoir vu naître au pays du "rêve américain", est la manifestation de ce détournement.

 

 

EN RÉSUMÉ :

 

- Se concentrer.

- Ne prendre part à rien.

- Ne rien faire d'autre que ne rien faire : simplement assis.

- Sans but ni esprit de profit.

 

(Plus difficile qu'il y paraît).

 

JCP 09 2018