13 juin 2018

La révolte des parapluies (0926)

 

IMG_9952 cffopie

                                                                                                                                 Toulouse, rue Alsace-Lorraine, 2015

 

La révolte des parapluies

                                                                                                      Dédié à V.

 

 

                          Il plut tant cette année-là qu’un surcroît de travail fut exigé des parapluies, dont la fibre n’avait le temps de sécher entre deux averses. La structure de certains connut l’oxyde, on vit des manches trop secs se fendre sous les trombes d’eau, et leur tissu affecté de moisissure.

                       Les météorologues, dépassés par la tâche et craignant pour leur vie, n’avaient d’autre recours que percer en cachette la paroi du pluviomètre, écartant la vindicte des masses courroucées par cet astucieux stratagème.

                          Et l’on vit même, catastrophe climatique jamais signalée, des laboratoires pharmaceutiques consacrés à l’effervescent exploser sans flamme ni fumée, tant le taux d’hygrométrie des airs avait passé le connu de cadrans obsolètes. La nuée guérisseuse ainsi répandue sur tout le sud du pays offrit bonne santé à tous - jusqu’aux hypochondriaques dépités.

                    Cependant, le peuple nombreux des parapluies continuait à souffrir, et ce fut le « SPPPH », Syndicat des Protections Portables Propres à l’Homme, accru des membres du « SPFPH » (remplacer « Portable » par « Fixe »), regroupant tentes et parasols (les tentes bédouines brillèrent d’une absence peu solidaire), qui porta l’alerte à la sourde oreille humaine trop préoccupée d’essorage, quant à la gravité de la situation par de vastes manifestations dans tout le pays.

                      Sous des airs purs tant ils étaient lavés, on vit la foule large de la Gent Protectrice assemblée sur les places, réunie dans les parcs et les squares, manifester dans un silence contenu leur affliction pluvieuse, privant ainsi de leurs bienfaits des humains mécontents. Sous les accents brisés d’orateurs bronchiteux, on soutenait malades et blessés d’une foule pitoyable qui n’aurait pas dépareillé dans la gueule béante des grottes à miracle.

                       En appelant à la chaude influence ibérique, la ministre du Temps - trop fraîchement nommée -, décréta l’éradication des Pyrénées. Et n’eût été la logistique coûteuse, la libre circulation nuageuse eût été rétablie, unifiant ainsi deux climatologies.

                       Dès lors sans protection sous une ondée permanente - telle que Darwin eût prédit nageoires et branchies aux races du futur -, l’humain désespéré, triste et désemparé, ne faisait qu’accroître le déluge infernal du flot continu de ses larmes.

On vit des suicides heureux accomplis par le feu.

                      Cette situation aurait pu perdurer si, après tant de pluie, le beau temps ne fût revenu. Alors la pluie cessa. Et, flaques asséchées, parapluies apaisés, consolés et soignés, la vie reprit son cours sous un soleil radieux.

 

 

JCP 13 05 2018, sur une idée de parapluie proposée par V.

 

Posté par J Claude à 11:25 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 juin 2018

Secrets de bois (0920)

 

IMG_3695 copie copieCCC

                                                                                                               Toulouse, parc du Boulingrin, ou "Du Grand Rond", im.JCP

                                                                                                             (Boulingrin virnt de l'anglais "bowling green", lieu de jeu de boules sur gazon)

Secrets de bois

 

« - Avoir tout l’or des rois ne me fait pas envie ;

La passion de ma vie, celle pour qui je vis,

Et pour qui, tout tremblant, boire et manger je laisse,

A vous je le confesse : c’est l’amour de la fesse.

 

- Qu’elle soit rude ou molle, mesquine ou généreuse,

Jeune vieille proprette ou mal entretenue,

Je suis amoureux fou de ces globes charnus,

Et mon esprit s’égare à leurs formes nombreuses.

 

- Car voyez-vous je suis - hormis le médecin -

Le seul vers qui l’on tourne et pose le bassin,

Et mon bois qui palpite à la caresse intime

Déroute ma raison sous la fesse sublime !

 

- Ce pour quoi vous, humains, êtes souvent punis,

Je pratique au grand jour l’art du toucher de fesse

Qu’aucune faculté au monde ne professe,

Car étant banc de bois, nul ne sait ma manie. »

 

Ainsi parlait le banc où je m’étais assis,

Lui livrant les secrets de mon anatomie ;

Et je me dis depuis, que fait de cette fibre

Où se porte l’assise, parfois j’aimerais vivre.

 

 

 

 

JCP 04 06 18, pour Les Impromptus Littéraires ; sujet : "Le monologue du banc" :

 

Posté par J Claude à 10:23 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

La main du vent (0910)

 

La main du vent

 

                                La rumeur qui s’élève, en écho sommeilleux au sable lourd des grèves, porte en elle les senteurs refroidies de mystérieux lointains.

Et si le présage se dissout à la foison du flot, demeure au pétillement sec de l’écume un désir de caverne océane où la lumière, méprisée des gorgones, est en danger de mort.

Cette mort-là laisse des restes en surface, et l’étendue des mers, plus vaste encore qu’au dire des cartes, abandonne ses profondeurs aux légendes marines. Sur la base erronée d’une vie possible, tout un monde neuf prend naissance, et meurt à peine enfanté.

Le chaos n’est pas loin mais la Nature, qui use d’autres moyens, saura l’éviter.

Le frisson du large est venu mourir sur le sable et, gravé du sel que tant d’humeur cristallise, se lit la parole éteinte des naufragés.

Aucune main ne retiendra le vent des âges.

 

JCP 06 05 18

Posté par J Claude à 08:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]