ludwig-van-beethoven_01

 

 

Diminuendo 1 (vers)

 

La toile de silence, où le peintre des sons

Du fond de sa pensée dépose ses frissons,

Lentement se déchire. Une faille se creuse

Où se fond la musique en notes silencieuses.

 

Le vide qui grandit ne laisse plus d’espoir

Au génie musicien, qui est venu s’asseoir

Oreille à fleur de touches du piano insonore,

Où des sons trop lointains semblent courir encore.

 

Pour ce soir de première, il ne dirige pas

Sa symphonie nouvelle, mais s’il ne l’entend pas,

L’expression du succès se lit sur les visages.

Ces sons venus d’un sourd traverseront les âges.

 

JCP 09 04 18

En savoir plus sur la surdité de Beethoven :

http://www.lvbeethoven.fr/Bio/Surdite.html