invvvdex copie

 

 

Des vertus du silence

 

Vaste toile éthérée de la fresque de vie,

Le silence incréé qui contient tous les bruits

Recèle aussi l’espace où dort la vraie quiétude,

Refuge dont l’humain a perdu l’habitude.

 

Toujours pied à l’étrier et forçant son allure,

Il ne sait apaiser l’élan de sa monture,

Qui montre sa faiblesse et finit par broncher.

Et crevant la surface, émerge un mal caché.

 

Ainsi pourquoi courir : nous sommes arrivés.

La lenteur méditée dépasse cette transe

Où le corps envolé délaisse la conscience :

Immobile un moment laissons l’esprit rêver,

 

Et par notre attention portons-le lentement

A la paix du silence. C’est de cet agrément

Qu’on veut nous séparer pour des raisons perverses :

Un moment sous abri laissons passer l’averse.

 

S’imprégner du silence, connaître la lenteur,

Et dompter l’impatience de l’étalon féroce -

Qui voudrait avant l’heure nous conduire à la fosse,

Aurait-on caché là l’essence du bonheur ?

 

 

JCP  03 18  Pour LES IMPROMPTUS LITTÉRAIRES : « le pied à l’étrier ».