pegatincopie Im. X

 

 

Humeurs lunaires

 

Tout au long du chemin la sensation de crainte

Ne cesse de grandir. A peine traversé

Les vapeurs délétères, se devine l’empreinte

D’un pouvoir monstrueux qui détient le passé.

 

Ici l’on peut revivre et tout recommencer,

Il n’est d’acte achevé qu’on ne puisse reprendre,

Et férus de futur, ces êtres trépassés

Niant l’ancien présent sont à l’état de cendres.

 

Fourmilière invisible, le grouillement des âmes

En recherche de corps questionne l’Univers,

Mais la Lune répond dans l’écho des éthers :

- Je détiens votre sang et briserai votre âme !

 

Et la chaleur intense fusionnant les atomes,

L’âme simple électron disparaît en fumée.

Abolie pour toujours, la chair ne fait pas l’homme

Et plus rien ne renaît : le vide est proclamé.

 

 

 

JCP 02 2018 A Dante et à Hubert Reeves (et pour L.I.L.)

Aussi sur Les Impromptus Littéraires