Walt Disney

ALICE AU PAYS DES MERVEILLES

Dessin animé réalisé en 1951, inspiré du conte écrit par Lewis Carroll en 1865

Quelques répliques

 

1

Soeur d’Alice : Dans son monde ? En voilà des divagations, allons.
Alice : Des divagations ?
Soeur d’Alice : Recommençons depuis le début.
Alice : Oui c’est ça Dinah, c’est bien ça, dans mon monde à moi, il n’y aura que des divagations. Comme disent les grands, les choses ne seraient pas ce qu’elles sont, au contraire, elles seraient ce qu’elles ne sont pas. Je suis sûr que ce serait mieux. Hein Dinah ? Qu’en dis-tu ?
Dinah : Miaou.
Alice : Dans mon monde, tu ne dirais pas miaou, tu dirais “Oui mademoiselle Alice”.
Dinah : Miaou.
Alice : Naturellement tu parlerais comme les personnes, Dinah, et les autres animaux aussi.

 

 

2

Dinah : Miaou Miaou Miaou.
Alice : Mais enfin Dinah, ce n’est qu’un lapin avec une veste… Et une montre !
Lapin Blanc : Oh par mes moustaches, je suis en retard, en retard, en retard.
Alice : C’est très curieux, ce lapin est en retard, pourquoi faire ? Eh monsieur !
Lapin Blanc : En retard, en retard, j’ai rendez-vous quelque part, je n’ai pas le temps de dire au revoir, je suis en retard, en retard.
Alice : Il faut que ce soit très important, une fête ou quelque chose de ce genre. Monsieur lapin, attendez-moi.
Lapin Blanc : Non, non, non, non, non, non, non, quelqu’un m’attend, vraiment c’est important, je n’ai pas le temps de dire au revoir, je suis en retard, en retard.

 

 

3

Alice : Au revoir Dinah, au revoir !

 

 

4

Alice : Je suis à la poursuite d’un lapin blanc, alors si vous voulez bien… Il est là, il est là, laissez-moi passer, soyez gentil.
La poignée de porte : Désolé, voyez la porte est trop petite, elle est tout à fait impassable.
Alice : Vous voulez dire impossible ?
La poignée de porte : Non impassable, rien n’est impossible.

 

 

5

Alice : Oh, voilà vraiment de curieux petits personnages… Tweedle Dee et Tweedle Dum.
Tweedle Dee et Tweedle Dum : Si vous nous croyez en cire, payez votre entrée. Et si vous nous croyez vivants, vous devez nous parler, c’est plus correct.

 

 

6

Alice : Oh non, non, j’en ai assez !
Lapin Blanc : Marianne ? Mais qu’est-ce qu’elle peut bien faire ? Marianne si jamais… Au secours ! Au secours, un monstre, un monstre chez moi, au secours, un monstre!

 

7

Le Dodo : On n’est pas aidé ici, on n’est pas aidé.

 

 

8

Les Fleurs : Croyez vous que ce soit une fleur sauvage ?
Alice : Oh non, je ne suis pas une fleur sauvage.
Les Fleurs : Alors de quelle variété, de quelle branche, de quel genre êtes-vous ma chère ?
Alice : Disons, si vous voulez, que j’appartiens au genre humain, variété Alice.

 

 

9

Les Fleurs : Ahaha, regardez-moi ces drôles de tiges.

 

 

10

La Chenille Bleue : Oh quel air étrange.
Alice : Ma foi je, enfin ça ne m’étonne pas, j’ai changé si souvent depuis ce matin que je ne sais plus qui je suis.

 

 

11

Alice : Je voudrais être un peu plus grande.
La Chenille Bleue : Pourquoi ?
Alice : Ca tombe sous le sens, avouez que dix centimètres, c’est une taille ridicule.
La Chenille Bleue : J’ai dix centimètre de la tête à la queue jeune fille et j’estime que c’est une bonne taille, sans aucun doute !

 

 

12

Alice : Mais, mais vous êtes un chat.
Le Chat du Cheshire : Oui, un chafouin.

 

 

13

Le Chat du Cheshire : Oh, à propos, si vous tenez vraiment à le savoir, c’est là qu’il est passé.
Alice : Mais qui donc ?
Le Chat du Cheshire : Un certain lapin.
Alice : Vous en êtes sûr ?
Le Chat du Cheshire : Sûr de quoi ?
Alice : Qu’il est allé par là.
Le Chat du Cheshire : Qui donc ?
Alice : Et bien le lapin.
Le Chat du Cheshire :Quel lapin ?
Alice : Oh mais vous venez de le dire il y a peine une minute, oh c’est agaçant.

 

 

14

Alice : Oh je vous remercie, je vais aller voir le lièvre.
Le Chat du Cheshire : Naturellement il est fou lui aussi.
Alice : Mais je n’ai aucune envie de voir des gens complètement fous.
Le Chat du Cheshire : Oh mais il n’y a rien à faire, parce que tout le monde est fou ici.

 

 

15

Lièvre de Mars : Un joyeux non-anniversaire.
Alice : A moi ?
Le Chapelier Fou : A vous !
Lièvre de Mars : Un joyeux non-anniversaire.
Alice : A moi ?
Le Chapelier Fou : A vous!

 

 

16

Lièvre de Mars : Mais qui est Dinah ?
Alice : Mais Dinah, c’est mon chat.
Loir : Chat ? Chat, chat, chat, chat, chat !

 

 

 

17

Le Chapelier Fou : Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un grain de sel ?
Alice : Une devinette, attendez un petit instant, pourquoi est-ce qu’un corbeau ressemble à un grain de sel ?
Le Chapelier Fou : Je vous demande pardon.
Alice : Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un grain de sel ?
Le Chapelier Fou : Qu’est-ce qu’elle raconte ?
Lièvre de Mars : Mais c’est elle qui a un grain.

 

 

18

Le Chapelier Fou : Si vous croyez que ça m’étonne, votre horloge est détraquée, elle retarde de deux jours.
Lapin Blanc : De deux jours ?
Le Chapelier Fou : Deux jours et dix secondes, oh malheur, mais nous allons arranger ça. Rien d’étonnant, cette mécanique est pleine de mauvaises dents.
Lapin Blanc : Oh ma pauvre montre.
Le Chapelier Fou : Et de vis.

 

Lapin Blanc : Oh mes roues, mes ressorts, non mais attendez, attendez.
Le Chapelier Fou : Bien sûr, c’est évident, il faut du beurre. Du beurre !
Lièvre de Mars : Du beurre !
Lapin Blanc : Du beu… Oh non.
Le Chapelier Fou : Du beurre, oh il n’y a rien de meilleur pour les rouages.

 

Lapin Blanc : Du beurre, ah non, non, non, vous allez faire des miettes.
Le Chapelier Fou : Oh celui-là est garanti sans miette ! Qu’est-ce que vous disiez mon cher ?
Lièvre de Mars : Thé !
Le Chapelier Fou : Du thé, je n’y avais pas songé, bien sûr, il faut du thé.
Lapin Blanc : Ah non, ah non, ah non, pas de thé.

 

Lièvre de Mars : Du sucre ?
Le Chapelier Fou : Du sucre ? Deux cuillerées, deux cuillerées seulement je vous remercie.
Lapin Blanc : Écoutez, faites attention à ma montre je vous en supplie.
Lièvre de Mars : Confiture ?
Le Chapelier Fou : J’oubliais la confiture, un oubli regrettable, c’est comme ça qu’arrivent les accidents.

 

Lièvre de Mars : Moutarde ?
Le Chapelier Fou : Moutarde ! Oui… Moutarde ? Ne soyez pas ridicule. Un peu de citron c’est différent. Maintenant elle doit marcher. Regarder ça !
Lièvre de Mars : Elle devient folle.
Alice : Oh miséricorde.
Lapin Blanc : Oh seigneur.
Lièvre de Mars : Montre folle, montre folle, montre folle !

 

Le Chapelier Fou : Oh le thé ? Vous croyez que c’est le thé ? Je parie qu’il était trop fort.
Lièvre de Mars : Il n’y a qu’un moyen d’arrêter une montre folle ! BAM !
Le Chapelier Fou : Deux jours de retard, c’est inguérissable.

 

 

19

 

La Reine de Coeur : Qui ose peindre mes roses en rouge ? Qui ose peindre mes roses en rouges? Qui a souillé d’un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu’on punisse ces traites, on leur coupera la tête !

 

 

20

La Reine de Coeur : Qu’on leur coupe la tête !

 

 

21

La Reine de Coeur : Est-ce que l’accusée est prête à entendre la sentence ?
Alice : La sentence ? Oh mais auparavant je dois être jugée.
La Reine de Coeur : La sentence d’abord ! On vous jugera après, effrontée !
Alice : Mais c’est contraire à la loi.
La Reine de Coeur : La loi c’est moi, jeune péronnelle.
Alice : Oh c’est une belle loi votre majesté.
La Reine de Coeur : Vous avez compris mon enfant… Argh, coupez lui la tête !

 

 

22

 

Alice : Et quant à vous, votre majesté, votre majesté, c’est trop drôle, vous n’êtes pas une reine, vous n’êtes qu’une vieille pompeuse tyrannique, méchante, grossière et laide.
La Reine de Coeur : Qu’étiez-vous en train de dire ma chère ?
Le Chat du Cheshire : Elle disait que vous étiez une vieille pompeuse tyrannique, méchante, grossière, laide.

 

 

23

 

La Poignée de Porte : Toujours verrouillée vous savez.
Alice : Mais la reine, je dois absolument sortir.
La Poignée de Porte : Mais voyons, vous êtes là.
Alice : Quoi ?
La Poignée de Porte : Voyez vous même.
Alice : Mais c’est moi, et je suis endormie.

 

 FIN