28 décembre 2017

Parole de Maître

 

il_570xN_1026922409_qr7j copie2

Image : X... merci au talentueux créateur qui, je l'espère, ne m'en voudra pas d'avoir ajouté cette bulle.

Posté par J Claude à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2017

Silence Zazen, ou : des difficultés de la méditation (2)

 

164473974

 

Silence zazen

Ou : des difficultés de la méditation (2)

 

Dans ce silence ami qui bannit le sommeil,

Et d'où la vérité transparaît de l'éveil,

Vient planer la menace d’un insecte piqueur :

Sur le clair tatami, les esprits sont ailleurs.

 

Sous la cloche qui sonne, l’insecte victorieux

Est prié de sortir sous des regards haineux.

 

Et le Zazen reprend. Pourtant sur les visages

Une moue se dessine, où se lit le présage

D’une attention troublée : un tout petit caillou

Au soulier d’un géant peut le mettre à genoux.

 

 

 

JCP 12 2017, inspiré par une phrase du Dalaï Lama, déclarant en substance, dans ce rire qui lui est familier :

« Avec un moustique dans la salle, j’ai tout de même du mal à méditer ».

(La question avait trait au respect de la vie en général)

Posté par J Claude à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Des difficultés de la méditation (1)

Les plus grands maîtres, eux-mêmes en vérité, sont soumis aux agissements d'un mental parfois inamical...

Taisen Deshimaru copie 4

Image JCP d'après celle de la statue de Taisen Deshimaru (1914-1982), grand maître Zen, jardin japonais de Toulouse.

(Certains auront reconnu les lunettes animées d'Alice au Pays des merveilles de Walt Disney)

Posté par J Claude à 07:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2017

Zarathoustra monte en bateau

 

Portrait_of_Friedrich_Nietzscheg680

 

Zarathoustra monte en bateau

                                                                                                    Dédié à V.

 

- On ne me comprend pas se dit Zarathoustra ;

Mais sous ce soleil bas taché d’horreurs mystiques,

Je le sais maintenant, le Surhumain naîtra -

De fleuves impassibles, ou de drames antiques.

 

Et le danseur de corde, sublime et solennel,

Aux trombes aux ressacs rythme son lent délire.

Il sait le bien, il sait le mal, tantôt sage ou charnel,

Tel un noyé pensif qui pleurerait sa lyre.

 

- Ayant vu quelquefois ce que l’homme a cru voir,

Je planterai le germe d’un tout nouveau savoir,

Car sous le gouvernail des éveils maritimes,

Mon aigle et mon serpent reconnaissent l’abîme.

 

Dans les clapotements de furieuses marées,

Le vieil arbre noueux, qu’embrasse un cep de vigne,

Au poème des mers qui ne connaît d’arrêt

Voit le monde parfait qui de loin lui fait signe.

 

Ainsi Zarathoustra, en son âme éveillée,

Et par le Surhumain qui lui fut révélé,

Au pied des azurs verts dont il souffrit les trombes,

Connut l’aube exaltée que peuplent les colombes.

 

 

Arthur-Friedrich-Wilhelm

 

JCP 08 12 2017, adaptation libre de deux oeuvres majeures*, irrévérencieusement entremêlées.

 

* "Ainsi parlait Zarathoustra" de Friedrich Nietzsche et "Le Bateau ivre" d'Arthur Rimbaud.

 

Posté par J Claude à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,