11 mai 2016

0025 Rencontre en sous-sol

 

0025  Rencontre en sous-sol

 

◄►

 

                                     Un étrange parfum flottait dans les couloirs, et je m'abandonnai un long moment au silence qui y régnait, troublé seulement de temps à autre par le grondement plus vif de la circulation, qui parvenait assourdi. Plongés dans le noir, les lieux étaient sinistres, et je déplorai un moment l'incursion aventureuse, qu'une force irrésistible me poussait cependant à poursuivre.

Soudainement parue, une manière de penser inattendue se faisait jour en moi, déplaçant l'idée du comportement face au danger vers des régions nouvelles, où régnait autrefois le plaisir sans partage des moments heureux, chassés aujourd'hui par une crainte raisonnée dont le bien fondé m'échappait. Et je ressentais comme improbable tout retour au réseau des sens, comme au cheminement de la pensée tels qu'ils étaient encore en moi la veille en me couchant. Un bouleversement sans dommages paraissait s'être produit en moi, dès la porte entr'ouverte du sombre couloir, et je sentais courir sur mon épiderme une vague de fourmillements heureux - sans raison apparente.

Curieusement, aucune fatigue ne se faisait sentir à l'issue de cette nuit mouvementée, où le repos avait eu tant de mal à s'insinuer parmi cette foule de cauchemars nouveaux, qui m'avaient assailli la nuit durant, bouleversant mon esprit. Et c'était bien une intelligence nouvelle qui se faisait jour en moi, puissante, rapide et sereine à la fois, ignorante de l'hésitation comme du doute, simple exécutrice des clartés du présent, qu'aucun état d'âme, je le sentais bien, ne viendrait entacher.

On eût dit que mon mental, investi seulement par les froideurs de la conscience pure au service exclusif de la décision juste, avait été libéré de toute pesée de solutions, exempté du raisonnement permanent, et des lourdeurs cérébrales qui sont le lot éreintant de nos sociétés modernes. Ainsi soulagé du fatras des pensées inutiles, mon pouvoir de résolution paraissait décuplé, alors que, entièrement confiant en mes capacités, une incroyable sérénité s'emparait de moi.

Et l'obscurité de ces couloirs inconnus où j'avançais depuis un long moment déjà, en frôlant la paroi sans y trouver d'interrupteur, faisait naître en moi le sentiment paisible de celui qui retrouve les lieux familiers, à l'issue d'une journée bien remplie. Et bien que le parcours dans les ténèbres me soit inconnu, je dus bien constater que mes lèvres affectaient un demi-sourire - que je n'avais pas le sentiment de leur imposer.

De même les effluves chauds, rassurants et renouvelés par vagues, qui couraient à mes côtés encourageaient mon avancée vers un inconnu qu'hier j'aurais fui - aujourd'hui familier sans jamais l'avoir connu... Et, loin de m'effrayer, l'incroyable paradoxe me faisait désirer avec une vivacité folle les rencontres que j'aurais craint la veille.

C'est alors que je le vis.

Il avançait à pas légers dans l'obscurité, mais je distinguais nettement sa silhouette. M'apercevant soudain, il se figea dans une attente bienveillante. Considérant que tel était le rite en ces lieux coupés du monde, je m'arrêtai de même un instant, puis effectuai un pas mesuré vers l'inconnu. Celui-ci répliqua ; je répondis d'un pas plus rapide, et nous fûmes enfin face à face, tous sens en éveil et moustaches entrecroisées, dans le salut coutumier aux habitants de ces couloirs - là.

Car il faut que je vous dise - où avais-je décidément la tête - que, ce matin, au saut d'un lit que je trouvai bien haut, et me faufilant sous un drap tout imprégné de l'odeur terrifiante qui la veille était pourtant la mienne, par je ne sais quel prodige, je me suis vu au matin métamorphosé en rat d'égout.

Il paraît même que je suis beau.

  

JCP 05 2016  Pour Les Impromptus Littéraires : Utiliser l'incipit "Un étrange parfum flottait dans les couloirs".

Posté par J Claude à 13:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 mai 2016

0024 Quels sont ces mots

 

stylo-plume-montblanc-boheme-marron

 

Quels sont ces singuliers écrits surgissant sous ce si ravissant stylo ?*

 

                                 Le front rougi d'une honte dépensière dont le chiffre indécent faisait trembler ma main, c'est assis à ma table que la plume dorée fit jaillir ces mots-là, dont je vous fais témoins, et qu'une loyauté sans bornes me fit barrer d'un trait rageur :

"Ô combien de marins, combien de capitaines,

Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines"...

Mais persistant toujours, voici ce que j'obtins :

"Demain, dès l'aube,, à l'heure où blanchit la campagne,

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends."...

 

Je voulais de la prose, et voici que les vers

D'un auteur trop connu paraissent à ma plume !

La tournant à l'endroit, la tournant à l'envers,

Je n'en tirai d'écrits que tous nous ne connûmes.

 

Et depuis ce jour là, de morte inspiration,

Le prodige atterrant, malgré mon attention,

Ne me quitte jamais. Et de cette écriture,

Fort belle mais plagiaire, je fais des confitures !

 

Longtemps résonnera dans ma mémoire, au claquement sec de son marteau, la voix rauque du commissaire priseur :

"- Un stylo porte-plume de marque Mont-blanc, dans son étui de bois précieux, ayant appartenu à monsieur Victor Hugo, adjugé et vendu pour la somme de..."

Extravagante somme ! - ayant mis à mal mon train de vie pour deux décennies entières, à vouloir acquérir ce présumé "porte-inspiration-pour-écrivain-sans-talent", capable uniquement de me livrer à l'infini les seuls écrits du grand homme, sans y pouvoir mêler goutte des miens !

Pour dire vrai, je ne me vante guère de l'intempestive acquisition et depuis, soit-elle faible et misérable, je ne me fie plus qu'à ma propre inspiration. Et je fustige durement tous ceux qui donnent foi au moindre porte-chance - porte-t-il plume ou non !

 

 

* Lecture accessoire :

Une allitération, du latin ad (à) et littera (lettre), est une figure de style qui consiste en la répétition d'une ou plusieurs consonnes, souvent à l'attaque des syllabes accentuées, à l'intérieur d'un même vers ou d'une même phrase. Elle vise un effet essentiellement rythmique, mais permet aussi ...

 

- Que Jean Racine pardonne ce titre sifflant...

 

 

Langue raide : prononcer le titre dix fois de suite sans faillir, matin, midi et soir.

 

 

JCP 05 2016  Pour Les Impromptus Littéraires : Objet porte bonheur / porte malheur

Posté par J Claude à 11:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]